Accord Grèce – Troïka : Déclaration du Bureau politique

L'accord signé ce 13 juillet entre les représentants des pays de la zone euro et le gouvernement grec est d'une importance exceptionnelle. Il consacre de manière tout à fait cristalline la nature dictatoriale des rapports entre la troïka, ses commanditaires de la finance internationale et les peuples qui font partie du projet européen.

  

Nous avons, depuis toujours, condamné l'absence de légitimité démocratique des instances de l'UE mais cette fois, à cette absence, ces instances ajoutent la volonté de punir un peuple, de heurter sa dignité même. Ainsi, ils aggravent radicalement, en seulement quelques jours, les conditions du mémorandum qu'ils avaient soumis au gouvernement grec avant le référendum.

  

Ce sont justement les résultats de ce référendum qui sont, à notre avis, à l'origine de la décision des dirigeants de la zone euro, dûment commandée par l'Allemagne avec la complicité de François Hollande, de chercher l'humiliation du peuple grec via un accord résolument abject. D'où notre condamnation sans réserves de ce comportement dictatorial qui constitue un précédent du mode d'emploi que l'UE se propose d'infliger à tous les peuples européens. Et nous regrettons que le gouvernement grec ait accepté de le signer en ouverte contradiction avec le mandat qu'il avait reçu de la population lors de son élection et lors du référendum.

  

Nous croyons enfin qu'il est grand temps que la gauche radicale mette sur la table la question de savoir s'il est cohérent de vouloir, à tout prix, rester dans la zone euro et ses contraintes tout en se proposant de combattre les politiques d'austérité.

  

Bruxelles, le 4 août 2015

 

Le Bureau politique du Parti Communiste

 

 Imprimer  E-mail

Trou de mémoire de François Hollande?

Le Parti Communiste Wallonie-Bruxelles s'insurge contre le scandaleux amalgame commis par le président François Hollande, comparant le discours actuel de Marine Le Pen aux tracts du Parti Communiste Français des années 70, années durant lesquelles le PCF militait pour le programme commun avec le PS et les Radicaux de Gauche. Ce propos est indigne même s'il est tenu par quelqu'un qui, manifestement, a trahi ses électeurs et dont la politique tend à ramener les conditions de vie du peuple français... 

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Solidarité avec la Grèce

Le Parti Communiste sera présent au

Rassemblement de solidarité avec la Grèce ce dimanche 15 février à 12:00 devant la Bourse à Bruxelles.

Avant les élections en Grèce, les Moscovici, les Juncker, les Merkel, les grands médias, ces marionnettes au service de la finance, la réaction internationale et bien entendu le Fond Monétaire International qui a suspendu, fin décembre, le versement de la dernière tranche de son "aide" à la Grèce, ont tout fait pour mettre en garde le peuple grec contre toute velléité de voter pour des partis prônant une autre approche que celle imposée par la Troïka.

Heureusement, le peuple grec a résisté à ces pressions honteuses et profondément antidémocratiques et a porté Syriza au pouvoir sur base de son programme réaliste fermement opposé aux politiques de la Troïka.

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Soutien au Parti Communiste d'Ukraine

Le pouvoir installé à Kiev avec le soutien des États Unis et l'Union européenne vient de lancer une procédure en justice contre le Parti communiste ukrainien et son secrétaire général Piotr Simonenko. C'est ainsi que ce dernier a été interrogé hier pendant 12 heures par les services de sécurité de ce pays et risque d'être condamné à une vingtaine d'années de prison accusé, entre autres, d'activités terroristes, de complicité avec la Russie et d'avoir participé au dernier Congrès du Parti communiste de ce pays. Plus de 300 militants (dont la grande majorité sont des membres du PC) font partie des accusés.  Signe des temps, le parlement fantoche de ce pays prépare un projet de loi interdisant non seulement le parti communiste mais « l'idéologie communiste » et sa  diffusion dans le pays.

 

A noter que presque en même temps, le gouvernement  Porochenko vient d'intégrer à son cabinet ministériel Dimitri Yarosh, le patron du parti Pravy Sektor connu pour son allégeance au nazisme et sa participation armée aux massacres de la population du Donbass.

 

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Le Parti Communiste salue la victoire électorale du peuple grec (communiqué du bureau Politique)

Malgré toutes sortes de menaces et de chantages venant de l'Union Européenne par la voix du Commissaire (PS) Moscovici, du Président de la CE Juncker et de la chancelière Allemande Angela Merkel, les citoyens de ce pays ont fait preuve, encore une fois, de leur esprit de résistance donnant une victoire éclatante à Syriza lors des élections législatives du 25 janvier 2015 en Grèce.

Encore une fois, la réaction internationale et le système médiatique qui est à son service ont fait preuve à cette occasion de leur intolérance et de leur vocation anti-démocratique. Ainsi, le Fond Monétaire International avait suspendu, fin décembre, le versement de la dernière tranche de son aide à la Grèce « en attendant la formation du nouveau gouvernement » et Madame Merkel n'hésitait pas à se dire « disposée à accepter la sortie de la Grèce de l'UE ». De leur côté, pendant un bon moment la grande presse n'hésitait pas à présenter Syriza comme un parti d’extrême gauche et son leader Alexis Tsipras comme radical borné, alors que son programme de gouvernement pourrait se classer plutôt dans les registres d'une gauche ferme dans son oppositions aux politiques de la troïka mais sans proposer de ruptures ni confrontations radicales comme la sortie de l'euro ou de l'Union européenne. 

Lire la suite

 Imprimer  E-mail