Contre la course aux armements, au nom de l'aspiration de paix de nos peuples, arrêtons la militarisation de l'UE!

Les partis communistes et ouvriers signataires condamnent le projet de «Coopération structurée permanente» (dont le sigle en anglais est PESCO) comme étant une initiative militariste agressive.

 

L'Allemagne impérialiste, sous la direction du Ministre de la Défense Von der Leyen, prendra la direction des 23 états membres pour constituer ce qu'elle appelle "L'armée européenne". Dans ce but, elle confirme qu'une force militaire commune est une idée de base de la Communauté européenne. Pourtant, jusqu'à présent, les mentors du projet d'intégration ont essayé de nous vendre ce projet comme un projet de paix.

En fait, le projet PESCO ne fait qu'augmenter le danger de guerre sous le prétexte d'arriver à "l'autonomie stratégique". Cela signifie que l'UE doit être en capacité de faire la guerre indépendamment des États-Unis et de l'OTAN. Ainsi, en plus d'obliger les États à se lancer dans une course à l'armement permanente, le PESCO exige des États participants des contributions substantielles aux futures interventions militaires de l'UE. Les États participants seront non seulement tenus d'augmenter leurs dépenses militaires, mais aussi de participer à des projets d'armement communs et de fournir des soldats pour des «groupements tactiques de l'UE».

Ceci signifie que les sommes destinées aux dépenses militaires ne peuvent pas être dépensées à des fins sociales. Chaque euro dépensé en armement est un euro qui est refusé aux retraités, aux étudiants et à leur éducation, aux enfants et à leurs écoles et garderies, aux familles et au soutien aux malades.

Nous, communistes, demandons la dissolution de l'OTAN, l'arrêt de la militarisation de l'UE, et invitons à résister aux guerres impérialistes!

 

Partis signataires:

Parti Communiste Allemand
Parti du Travail d'Autriche
Parti Communiste Wallonie-Bruxelles
Parti du Travail de Belgique
AKEL, Chypre
Parti Communiste des peuples d'Espagne
Communistes de Catalogne
Parti Communiste de Finlande
Parti Communiste du Luxembourg
Nouveau Parti Communiste des Pays Bas
Parti Communiste de Pologne
Parti Communiste Portugais
Parti Communiste de la Bohême et Moravie

Union du Peuple Galicien
Parti Communiste Roumain

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Participation à la fête de Liberté Hebdo (PCF Roubaix)

 

Ce samedi 14 octobre, pour la quatrième fois d'affilée, nous avons répondu favorablement à l'invitation de nos camarades de la section de Roubaix du Parti Communiste français (PCF) à participer à la fête de leur journal "liberté hebdo".

Foto de Parti Communiste.

Comme chaque année, nous avons pu prendre part au débat qui cette fois tournait autour de la loi travail XXL en France avec la présence du nouveau député du nord PCF Alain Bruneel et du secrétaire de l'union locale de la CGT Abdel Abdessalam. Nous avons partagé nos expériences de nos luttes contre les lois qui cassent les droits des travailleurs et leurs organisations de représentations que sont les syndicats. Le maître-mot du débat fut la convergence des luttes tant intersectorielle qu' internationale face aux attaques contre notre classe décidées à l'union européenne et appliquées par les différents gouvernements au service du patronat. C'est pourquoi nous avons convenus d'actions communes notamment dès le 23 octobre lors de la marche des solidarités à Charleroi et que nous continuerons à avoir des rencontres régulières entre camarades frontaliers dans les prochaines semaines et prochains mois.

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

CORÉE DU NORD: HALTE AUX PROVOCATIONS DU MILITARISME AMÉRICAIN

 

Les menaces répétées d'intervention militaire du Président Trump contre la République populaire de Corée ne font que traduire la volonté de son administration de réaffirmer son hégémonie militaire et économique face à la Chine et à la Russie. 

 

Indépendamment du jugement que l’on peut avoir sur le régime de Pyongyang, il faut comprendre que le peuple nord-coréen garde en mémoire les gigantesques massacres, si peu connus et diffusés en Occident, qu’il a subis pendant les années 1950-53 de la guerre de Corée où au nom, comme toujours, de la liberté et des droits de l'Homme, l'aviation militaire américaine semait quotidiennement d’interminables et meurtriers tapis de bombes : plus de 600 000 tonnes dont plus de 30 000 de napalm en trois ans pour un pays six fois plus petit que la France. À cette époque il s’en fallut de peu pour que l’arme nucléaire soit utilisée et entraîne une 3e guerre mondiale. Ce qui précède ne peut faire oublier le rôle du Japon, l'autre puissance menaçante, chaque fois plus militarisée et avec des ambitions nucléaires ; le Japon qui colonisa la Corée au début du XXe siècle dans les suites de la guerre Russo-japonaise pratiquant d’atroces mesures répressives et d'humiliation envers le peuple coréen. Pratiques répétées pendant la deuxième guerre mondiale dont, notamment, celle de l'esclavage sexuel imposé à des dizaines de milliers de femmes coréennes.

 

Il est regrettable que les efforts diplomatiques déployés dans les années 80 par la Corée du Nord pour la dénucléarisation de la péninsule n’aient jamais été suivis d’effet ni par les États-Unis qui ont poursuivi leur politique impérialiste d’encerclement de la Chine et de la Russie, ni par la communauté internationale. 

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Solidarité avec les travailleurs de Catalogne et d'Espagne

 

Dimanche 1er octobre, le référendum sur l’indépendance de la Catalogne organisé par la Generalitat (gouvernement de Catalogne) était violemment empêché et réprimé par la Guardia Civil et le gouvernement central de Madrid, mené par le conservateur Mariano Rajoy. Déjà quelques jours auparavant, la presse qui parlait du référendum était censurée, des élus catalans étaient arrêtés. Le Parti Communiste dénonce fermement ces pratiques antidémocratiques.

 

Si nous considérons avec respect les revendications de centaines de milliers de catalans, lassés des politiques discriminatoires et méprisantes, héritées du temps du franquisme, venant des autorités de Madrid notamment dans le domaine culturel et linguistique, le Parti Communiste estime cependant que le principal combat de la classe ouvrière doit être celui contre le capitalisme. En effet, la dette de l’Espagne a dépassé son PIB en 2017 (100,4%). Par contre si la Catalogne devenait indépendante, sa dette serait de 134% ! Or l’Union européenne, que souhaite intégrer la bourgeoisie catalane, impose le TSCG et la règle d’or d’Angela Merkel. Le peuple catalan n'a dès lors rien à gagner à devenir indépendant car l'austérité que combattent les travailleurs de Catalogne et qui est donc le fruit du cadre de l'Union européenne, serait encore pire! 

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

DIRE NON À L'AGRESSION DE L'IMPÉRIALISME ÉTASUNIEN CONTRE LE PEUPLE VÉNÉZUÉLIEN !

 

Depuis plusieurs mois, le Venezuela est l’objet d’une violente agression économique, diplomatique et médiatique menées par l’impérialisme étasunien avec la complicité de la bourgeoisie qui contrôle encore une grande partie des médias et le système bancaire. Le volet économique de l'agression s'est traduit par la chute violente de prix du pétrole organisée par l'administration Obama en alliance avec l'Arabie Saoudite. Celle diplomatique par l'offensive dirigée par les présidents réactionnaires et corrompus Macri (Argentine), Temer (Brésil) et Kuscinsky (Pérou), toujours au service des patrons de la Maison Blanche. Sur le plan médiatique, la gigantesque campagne des médias vénézuéliens soumis aux diktats de l'impérialisme et que, en profitant de la réelle crise économique du pays notamment sur le plan alimentaire et organisée par le patronat, ont réussi à abuser des parties de la population et à les embarquer dans une opposition violente et souvent criminelle qui n'hésite pas  à assassiner des partisans de la révolution bolivarienne. Ces provocations viennent de connaître un sommet d'ignominie avec les déclarations de Donald Trump menaçant le Venezuela d'importantes mesures de rétorsion économique si Maduro persiste à vouloir faire un référendum sur la Constitution. Question ingérence, c’est un sommet, il ne manque plus qu’une intervention directe de l’US Army !

Lire la suite

 Imprimer  E-mail