Algérie : le peuple se lève contre le régime

Sous la pression populaire qui dure depuis plusieurs semaines, Abdelaziz Bouteflika a dû démissionner de son poste de président le 2 avril 2019 alors qu’il voulait se présenter pour un 5e mandat à la tête du pays. La mobilisation de la classe laborieuse contre le régime ne s’est pas pour autant interrompue.

La passation de pouvoir le mardi 9 avril au président intérimaire à Adbelkader Bensalah ne répond en rien aux aspirations populaires. Ce représentant du régime organise même la répression envers les manifestations pacifiques.

Les réponses aux intérêts des travailleurs et travailleuses algériens ne se trouvent clairement pas dans les mains d’un sauveur suprême mais dans le développement de la lutte contre la bourgeoisie, nationale comme étrangère, qui vit de la rente pétrolière et gazière. La Belgique importait jusqu’à il y a peu près de 20% de son gaz d’Algérie, avant de se tourner vers d’autres pays.

Travailleurs algériens, belges, nous avons les mêmes intérêts de classe. Nous sommes confrontés au même système qui nous exploite. En Belgique, on compte près de 18000 algériens, en majorité originaires de Kabylie, la région d’Algérie la plus touchée par l’explosion du chômage et la misère qui poussent de nombreux jeunes à émigrer.

Le Parti Communiste de Belgique soutient la lutte du peuple algérien contre le régime corrompu et est solidaire avec ses frères du PADS (Parti algérien pour la Démocratie et le socialisme - Parti des Communistes d'Algérie).

Ni bourgeoisie nationale, ni bourgeoisie étrangère, soutien à la lutte pour une Algérie populaire, démocratique et socialiste !

 

Le BP du PCB

Le 10 avril 2019

Lire la suite

ImprimerE-mail

Nous dénonçons l'intervention impérialiste au Venezuela. Solidarité avec le peuple vénézuélien!

 

Nous, Partis communistes et ouvriers du monde, dénonçons résolument les projets impérialistes, les tactiques de sape et les menaces lancées par les États-Unis, l’Union européenne et leurs gouvernements alliés en Amérique latine, dans le but de renverser le président du Venezuela légalement élu, Nicolas Maduro ; à soumettre le peuple du pays à ses intérêts impérialistes ; et à piller les ressources productives du pays.

 

Après l’échec de la provocation préparée par les États-Unis avec la marionnette des impérialistes Guaidó le 23 février aux frontières colombiennes, sous le prétexte d’une “aide humanitaire”, de nouveaux scénarios sont proposés pour un coup d’État, voire une attaque militaire impérialiste, tout en continuant l’effort pour organiser plus de provocations qui serviront de prétexte à l’escalade de l’intervention.

 

Nous condamnons fermement tout scénario de coup d’État et d’attaque militaire impérialiste des États-Unis et de leurs alliés !

 

Nous déclarons de manière décisive qu’ils trouveront contre eux non seulement le peuple du Venezuela, mais aussi les partis communistes et ouvriers, la classe ouvrière et le mouvement populaire dans le monde entier !

 

Nous condamnons avec véhémence les déclarations de John Bolton, conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, en accord avec la doctrine Monroe que suit le gouvernement des États-Unis et qui considère l’ensemble de l’Amérique latine comme une zone d’intérêt exclusif.

 

L’Amérique latine appartient à ses peuples !

 

Fidèles aux principes de l’internationalisme prolétarien, nous exprimons notre solidarité avec le peuple du Venezuela ; seul le peuple du Venezuela a la capacité de décider des affaires intérieures de son pays. Nous exprimons notre solidarité avec le Parti communiste du Venezuela, la Jeunesse communiste du Venezuela et les autres forces anti-impérialistes vénézuéliennes qui luttent dans des conditions difficiles pour défendre les intérêts du peuple.

 

A bas l’impérialisme !

 

Le peuple triomphera !

English version below

Versión española abajo

Lire la suite

ImprimerE-mail

Rassemblement en soutien à la lutte du peuple soudanais

Rassemblement ce samedi 9 mars après-midi devant l'ambassade du Soudan à l'appel de nos frères soudanais, en soutien aux grandes manifestations contre la dictature d'Omar el Béchir et contre la répression de l'État belge. Alors qu'ils cherchaient refuge en Belgique, la réponse de l'État bourgeois fut celle des centres fermés ou encore la visite des services secrets soudanais sur demande du secrétaire d'État Francken.

Nous avons exprimé la solidarité du Parti Communiste de Belgique à la lutte du peuple soudanais et du الحزب الشيوعي السوداني Sudanese Communist Party-SCP pour la paix, pour la justice et contre la dictature soutenue par l'impérialisme belge et européen.

Nous exigeons la libération immédiate de nos frères et camarades soudanais des geôles du régime d'El Béchir et des centres fermés en Belgique.

Pour la fermeture des centres fermés!

À bas l'impérialisme!

#internationalismeprolétarien 

Lire la suite

ImprimerE-mail

Urgente solidarité avec le peuple du Soudan (à l'appel du Parti Tudeh d'Iran)

Les partis communistes et ouvriers signataires de cette déclaration condamnent la répression continue des manifestants pacifiques au Soudan depuis le 19 décembre 2018.

Ils notent que l'état d'urgence national a été déclaré au Soudan le 22 février par le président Omar al-Bashir au milieu des tentatives incessantes du régime dictatorial pour réprimer les manifestations populaires de masse.

Cette évolution s’est produite dans le contexte des tentatives de l’impérialisme américain et de ses alliés réactionnaires dans la région de trouver un moyen de sauver le régime par le biais de certaines modifications superficielles de la composition du gouvernement. Toutes ces conspirations sont l'expression d'une panique politique parmi les forces impérialistes et réactionnaires qui craignent la victoire éventuelle du peuple soudanais et ses aspirations à la liberté, à la démocratie, à la paix et à la justice sociale.

Les forces démocratiques d'opposition soudanaises ont fermement condamné ces nouvelles mesures répressives et ont appelé à la poursuite des manifestations de masse et populaires afin d'atteindre les objectifs du peuple soudanais. Le Parti communiste soudanais a appelé à un renforcement de la détermination et de l'unité de l'opposition en vue de la préparation de la déclaration de grève générale et de la campagne de désobéissance civile qui s'ensuit.

En réponse à la déclaration sur l’état d’urgence national, malgré l’escalade de la répression exercée par les forces de sécurité du régime, de grandes manifestations populaires ont eu lieu à Khartoum et dans les principales villes ainsi que dans des communes du Soudan. Environ 3000 personnes, dont plus de 200 militantes, croupissent encore dans les prisons et les centres de détention du régime dans des conditions difficiles et inhumaines. Ils comprennent 16 membres du Comité central du Parti communiste soudanais ainsi que des dizaines de ses cadres et membres. Parmi les détenus figurent le camarade Mohamed Mokhtar al-Khatib, secrétaire politique du parti, et des membres de la direction du parti: Masoud Al Hassan, Sidig Yousif, Ali Saeed, Hanadi Fadl, Faiza Nugud, Salih Mahmoud, Amal Gabralla, Mohamed Aburas, Hashim Mirghani, Oussama Hassan, Seid Ahmed Al Khatib et Mokhtar Mahmoud.

Les partis communiste et ouvrier condamnent fermement la répression sanglante exercée par le régime dictatorial et ses forces de sécurité et soutiennent les justes demandes du peuple soudanais et de son mouvement de protestation pacifique.

Les partis communistes et ouvriers exigent la libération immédiate et inconditionnelle du camarade Mohamed Mokhtar al-Khatib et de tous les détenus politiques au Soudan.

English version : 

The Communist and Workers’ Parties undersigning this statement condemn the continued repression of peaceful protesters in Sudan since 19th December 2018. 

They note that a national state of emergency was declared in Sudan on 22 February by president Omar al-Bashir amidst the dictatorial regime’s continued attempts to suppress the mass popular protests. 

This development has taken place against the backdrop of attempts by US imperialism and its reactionary allies in the region to find a way to rescue the regime through certain superficial changes in the composition of the government. All these conspiracies are an expression of political panic among imperialist and reactionary forces that fear the eventual victory of the Sudanese people and their aspirations for freedom, democracy, peace and social justice. 

The democratic opposition forces in Sudan have strongly condemned these new repressive measures and called for continued mass and popular protests to achieve the goals of the Sudanese people. The Sudanese Communist Party has called for a strengthening in the resolve and unity of the opposition, towards preparing for the declaration of a general strike and subsequent campaign of civil disobedience. 

In response to the declaration of the national state of emergency, despite the escalating repression meted out by the regime’s security forces, mass popular demonstrations have taken place in Khartoum and the main cities as well as towns all over Sudan. About 3000 people, among them over 200 women activists, are still languishing in the prisons and detention centres of the regime under harsh and inhumane conditions. They include 16 members of the Central Committee of the Sudanese Communist Party as well as scores of its cadres and members. Among the detainees are Comrade Mohamed Mokhtar al-Khatib, the political secretary of the party, and members of the leadership of the party: Masoud Al Hassan, Sidig Yousif, Ali Saeed, Hanadi Fadl, Faiza Nugud, Salih Mahmoud, Amal Gabralla, Mohamed Aburas, Hashim Mirghani, Osama Hassan, Seid Ahmed Al Khatib and Mokhtar Mahmoud. 

The Communist and Workers’ Parties strongly condemn the bloody repression by the dictatorial regime and its security forces and support the just demands of the Sudanese people and their peaceful protest movement. 

The Communist and Workers’ Parties demand the immediate and unconditional release of Comrade Mohamed Mokhtar al-Khatib and all the political detainees in Sudan.

 1. Parti communiste d'Albanie

2. Parti algérien pour la démocratie et le socialisme - PADS
3. Parti communiste australien
4. Tribune Progressiste Démocratique, Bahreïn
5. Parti communiste de Belgique
6. Parti du travail de Belgique (PTB-PVDA)
7. Parti communiste du Brésil
8. Parti communiste brésilien
9. Parti Communiste britannique
10. Parti communiste du Canada
11. Parti communiste du Chili
12. Parti communiste colombien
13. Parti des travailleurs socialistes de Croatie
14.AKEL, Chypre
15.Parti communiste au Danemark
16. Parti communiste français
17. parti communiste allemand
18. Parti communiste de Grèce
19.Hungarian Workers 'Party
20.Parti communiste de l'Inde
21.Parti communiste de l'Inde [marxiste]
22. Parti communiste irakien
23.Parti communiste du Kurdistan-Irak
24.Tudeh Party of Iran
25.Parti communiste d'Irlande
26.Parti des travailleurs d'Irlande
27.Parti communiste, Italie
28. Parti communiste jordanien
29. Parti communiste libanais
30.Parti communiste du Luxembourg
31. Parti communiste de Malte
32.Parti communiste du Mexique
33.Popular Socialista APN, Mexique
34. Nouveau parti communiste des Pays-Bas
35. Parti communiste du Pakistan
36. Parti du peuple palestinien
37. Parti communiste paraguayen
38. Parti communiste péruvien
39. Parti communiste philippin (PKP-1930)
40. Parti communiste portugais
41. Parti communiste de la Fédération de Russie
42. Nouveau parti communiste de Yougoslavie
43.Partis communistes de Serbie
44.Parti communiste sud-africain
45. Parti communiste syrien
46. ​​Parti communiste du Swaziland
47. Parti communiste de Suède
48.Communistes de Catalogne
49. Parti communiste de Turquie
50. Parti communiste d'Ukraine
51. Parti communiste USA

 Autres parties
1. Union populaire de Galizan (UPG)
2. Parti communiste du Sud-Soudan

 La déclaration est ouverte à d'autres signatures.

cf. http://solidnet.org/article/Tudeh-Party-of-Iran-URGENT-Solidarity-with-the-people-of-Sudan/

Lire la suite

ImprimerE-mail

POUR LE RENFORCEMENT DE LA LUTTE DES TRAVAILLEURS ET DES TRAVAILLEUSES, EN VUE DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES DE MAI 2019.

POUR LE RENFORCEMENT DE LA LUTTE DES TRAVAILLEURS ET DES TRAVAILLEUSES, EN VUE DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES DE MAI 2019.

POUR UNE LUTTE EFFICACE CONTRE L’EXPLOITATION CAPITALISTE !

POUR UNE EUROPE DES PEUPLES, DU SOCIALISME !

Travailleurs, auto-entrepreneurs des villes et de la campagne, femmes, jeunes, retraités, personnes handicapées,

Nous, partis communistes et ouvriers signataires de cette déclaration, vous lançons un appel à l’occasion des Élections Européennes de 2019.

L’UE, comme centre impérialiste européen, a pour fonction d’être un outil permettant au grand capital européen de générer des bénéfices et de garantir sa domination. Cette UE ne répond pas ni ne pourra jamais répondre aux besoins des travailleurs. Les espoirs selon lesquels l’UE pourrait être réformée dans un sens « favorable aux masses populaires » se sont révélés vains.

Les espoirs d’un changement en direction des intérêts des masses populaires, au travers de sa prétendue « démocratisation », sont infondés.

Les travailleurs d’Europe, les couches populaires, peuvent renverser par leurs luttes le rapport des forces actuellement défavorable, et réunir les conditions nécessaires pour ouvrir la voie à une Europe du socialisme garantissant le Droit au travail, les droits sociaux, la sécurité sociale et le revenu, l’avenir des travailleurs.

Nos partis défendent les intérêts de la classe ouvrière, des peuples, les droits de la jeunesse et des femmes des couches populaires.

Tous les jours, nous luttons contre les mesures anti-populaires imposées par les gouvernements bourgeois et par l’Union européenne, contre la réduction des salaires et des retraites, contre la suppression du droit du travail, des droits sociaux et de la sécurité sociale, contre le recyclage de la pauvreté et du chômage, contre la commercialisation des soins de santé et de l’éducation, contre la destruction de l’environnement, contre l’abolition des droits et libertés démocratiques. Nous exigeons des mesures contre le chômage. Nous luttons tous contre l’UE, qui manipule les peuples pour permettre aux capitalistes de faire des profits. Nous condamnons l’anticommunisme, la répression, la limitation des droits souverains.

Nos partis agissent pour :

  • Une augmentation conséquente des salaires et des retraites.
  • La Santé et l’éducation publiques et gratuites.
  • Le soutien à la lutte des travailleurs et des chômeurs pour des emplois stables et à temps plein.
  • Les Droits démocratiques sur les lieux de travail, pour le Droit du travail et les droits sociaux, pour la sécurité sociale.
  • Les droits des travailleurs immigrés et pour la lutte contre les causes qui forcent les peuples à abandonner leurs pays.
  • Le soutien aux petits et moyens agriculteurs.
  • La protection fondamentale de l’environnement sacrifiée aux bénéfices du grand capital.
  • Nous condamnons les guerres et interventions impérialistes. Nous luttons en faveur de la paix, pour l’éviction de toutes les bases américaines à l’étranger, contre l’OTAN, contre le "Partenariat pour la paix" et l’armée européenne, contre le PESCO (Coopération Structurée Permanente) et la participation aux guerres et aux interventions impérialistes. Nous luttons contre l’attaque frontale menée contre les travailleurs, attaque conduite dans des conditions de crise capitaliste, ou dans des conditions de « développement » capitaliste.
  • Nous nous associons aux familles populaires qui subissent les conséquences dramatiques du mode de production capitaliste, qui aggrave profondément la situation de la classe ouvrière et des couches populaires.

Nous appelons la classe ouvrière et les peuples :

  • A multiplier leurs luttes contre l’Union européenne, contre cette union du capital, qui porte atteinte aux droits des peuples.
  • A renforcer leur résistance à l’attaque du capital, aux attaques des partis qui servent ses intérêts, à renforcer leur lutte sur chaque problème populaire.
  • A soutenir de toutes les manières les partis communistes et ouvriers qui condamnent l’UE dans la bataille des élections européennes de mai 2019, afin d’affaiblir les partis qui soutiennent l’UE et sa politique, qui défendent "l’UE comme un chemin à sens unique’’ du Capital et la prétendue “démocratisation” de l’UE.

Cette position renforcera la lutte populaire dans toute l’Europe, les travailleurs lutteront sur de meilleures positions.

Les peuples ont tout intérêt à s’opposer à l’opération de manipulation organisée par l’UE, à ses mécanismes, à ses gouvernements et aux partis qui soutiennent cette union impérialiste.

Ils promettent que l’UE peut nous garantir le droit au travail, nos Droits du travail et la sécurité sociale. Leur objectif est de convaincre les peuples qu’ils peuvent leur garantir un meilleur niveau de vie. C’est un gros mensonge !

Rappelons-nous les faits : dans l’UE, il y a 16,6 millions de chômeurs ; le sous-emploi est en augmentation constante et atteint 21% du total, soit 43 millions de personnes ; ceux qui vivent au niveau de pauvreté ou en dessous du seuil de pauvreté sont plus de 110 millions ; l’avenir de la jeunesse est compromis.

Les droits fondamentaux de la classe ouvrière et des couches populaires sont en train d’être supprimés. Les licenciements collectifs sont renforcés, le droit de grève se réduit, les limites d’âge des retraites sont relevées et les pensions réduites, la sécurité sociale privée est renforcée. Les agriculteurs pauvres sont ruinés par la mise en œuvre de la politique agricole commune, les travailleurs indépendants sont étranglés par la concurrence des grands monopoles, les inégalités et les discriminations au détriment des femmes s’intensifient. Les migrants sont persécutés, tandis que la politique qui les oblige à abandonner leur pays d’origine est renforcée.

La répression contre la classe ouvrière et les luttes populaires est renforcée, de nouveaux mécanismes de contrôle social sont créés en permanence.

La coopération politique, financière et militaire avec l’État israélien, qui assassine le peuple palestinien, est renforcée.

Le « Pacte de stabilité », la « gouvernance économique renforcée », « l’Union bancaire » et d’autres outils anti-populaires qui sont utilisés, ont été intégrés à la panoplie de l’Union européenne. Une nouvelle situation dramatique se prépare contre les peuples.

La soi-disant "stratégie globale" de l’UE, la "politique de sécurité et de défense commune" et la "Coopération Structurée Permanente" (PESCO) constituent de dangereux instruments de guerre et d’interventions militaires, au service de l’agressivité impérialiste.

Les intérêts des monopoles européens sont le moteur de l’unification capitaliste. L’UE évolue constamment dans une direction réactionnaire anti-populaire.

Par conséquent, il est évident que ni cette union capitaliste inter-États, ni la Banque centrale européenne, ni le Parlement européen ne peuvent devenir un soutien pour les masses populaires, comme le réclament les partis européens qui soutiennent la stratégie de l’UE.

En outre, jamais l’UE ne pourra se métamorphoser en un « formidable adversaire » de l’OTAN et des États-Unis, comme le prétendent toutes sortes de partisans de l’UE.

L’UE coopère étroitement avec l’OTAN et les États-Unis contre les peuples, tandis que dans le même temps, les rivalités inter-impérialistes se manifestent au sein de l’UE, à la fois par des regroupements de pays et par des retraits, tels que le Brexit.

Les rivalités avec les États-Unis, mais aussi avec la Russie et la Chine, s’intensifient pour le contrôle des marchés.

Nous, partis communistes et ouvriers signataires de cette déclaration :

  • Soulignons que l’offensive du capital est globale et concerne tous les États membres de l’Union européenne, ainsi que le reste des États situés sur le continent européen. Il est donc nécessaire de renforcer la lutte commune des PC et des peuples, de développer une solidarité avec la lutte des travailleurs et travailleuses de toute l’Europe et du monde entier.
  • Insistons sur le fait qu’il existe un autre moyen de développement pour les peuples. L’alternative d’une Europe différente émerge de la lutte des travailleurs ; une Europe de la prospérité des peuples, du progrès social, des droits démocratiques, de la coopération mutuelle, de la paix, du socialisme.
  • Sommes partisans du droit de chaque peuple de choisir souverainement son mode de développement, y compris le droit de se désengager de l’UE, de l’OTAN et de toute autre organisation impérialiste ; de lutter pour la voie socialiste du développement.

C’est là la vraie réponse contre les campagnes visant à induire les peuples en erreur.

Les peuples d’Europe n’ont aucun intérêt à suivre les forces du cosmopolitisme capitaliste, partisans fanatiques de l’euro -atlantisme. De même, ils n’ont aucun intérêt à suivre les forces du nationalisme, qui elles aussi servent d’autres intérêts de classe que les leurs, en recourant à des mesures protectionnistes et à l’« euroscepticisme » comme marque de fabrique. Qui plus est, le peuple n’a rien à voir avec les partis nationalistes fascistes-nazis qui cherchent à utiliser les souffrances et les problèmes des masses populaires pour renforcer leurs positions au centre de la dictature des monopoles.

Le soutien aux partis communistes et ouvriers est la seule réponse réellement favorable aux masses populaires, contre le cosmopolitisme et contre le soi-disant euroscepticisme. Il constitue la réponse appropriée à l’anticommunisme et à l’assimilation réactionnaire et anti-historique du communisme avec le fascisme, la chair de la chair du système capitaliste !

Nous appelons la classe ouvrière et les peuples d’Europe à répondre positivement à cet appel des partis communistes et ouvriers. Chaque parti, dans son pays, organise la lutte des travailleurs. Les partis communistes et ouvriers luttent contre l’UE, contre toutes les unions impérialistes. Leur renforcement dans chaque combat politique contribue au développement des luttes populaires. Nous appelons les masses populaires à affaiblir les forces qui soutiennent l’UE d’une manière ou d’une autre et qui nourrissent des illusions sur le fait que l’UE puisse être amendée.

- NON à l’UE des monopoles, du capital et des guerres !

- En avant pour une Europe de la prospérité des peuples, de la paix, de la justice sociale et des droits démocratiques, du socialisme !

Partis signataires :

Communist Party of Albania

- Party of Labour of Austria  

Communist Party of Azerbaidjan 
- Belarusian Communist Party of Workers
- Section of the CPSU

Communist Party of Belgium 
- New Communist Party of Britain
- Union of Communists in Bulgaria
- Party of Bulgarian Communists
- Socialist Workers’ Party of Croatia
- Communist Party in Denmark

Communist Party of Estonia 
- Communist Workers’ Party – For Peace and Socialism (Finland)
- Communist Revolutionary Party of France (PCRF)
- Pole of Communist Revival in France (PRCF)
- Communist Party of Macedonia
- Unified Communist Party of Georgia
- Communist Party of Greece
- Hungarian Workers’ Party
- The Workers’ Party of Ireland
- Communist Party, Italy
- Socialist Party of Latvia
- Socialist Party, Lithuania
- Communist Party of Malta
- People’s Resistance Moldova
- Communist Party of Norway
- Communist Party of Poland

Romanian Communist Party 
- Communist Workers’ Party of Russia
- Communist Party of Soviet Union
- New Communist Party of Yugoslavia
- Communist Party of Slovakia

Socialist Party of Slovenia 
- Communist Party of the Peoples of Spain
- Communist Party of Sweden
- Communist Party of Turkey
- Union of Communists of Ukraine

Lire la suite

ImprimerE-mail