Sauver l’hôpital public – stop aux économies sur le dos des travailleurs en milieu hospitalier

Des actions syndicales dans deux établissements hospitaliers de la région liégeoise ont été menées ces dernières semaines : au CHR de Huy et au CHR de la Citadelle.

Il n’est pas étonnant que ce soient deux hôpitaux publics, établissements qui subissent l’austérité appliquée au niveau fédéral par la ministre libérale Maggie de Block (Open-VLD).

 

Résultat d’images pour entrée CHR huy

© RTC

  

Parmi les mesures qui portent atteinte à la qualité des soins et la qualité du travail effectué par le personnel : économies, réorganisation des services de nuit et weekend, suppression de 35 équivalents temps pleins à Huy et le même type de mesures à Liège, modification du mode de calcul de la prime de fin d'année et de la prime pour prestations inconfortables (week-ends, jours fériés, travail de nuit) et non-reconduction de 35 équivalents temps plein dans différents services (contrats de remplacement et contrats à durée déterminée).

Malgré le préavis de grève à Huy et la désapprobation syndicale à Liège, les budgets ont été approuvés.

Ces actions ne sont pas nouvelles et continueront au vu de la détérioration des conditions de travail dans les hospitaliers régionaux. Déjà en mars 2017, le personnel du CHR de Sambre et Meuse de Namur était en grève pour les mêmes raisons de coupe budgétaire. Et les mêmes menaces pèsent sur les intercommunales de santé comme l’AISH (Bois de l’Abbaye et Clinique de Waremme) ou la Clinique André Renard.

Toutes ces mesures d'austérité se répercuteront évidemment aussi sur les patients qui verront les coût augmenter.

 

Face à cette situation, la fédération liégeoise du Parti Communiste soutient les travailleurs des hôpitaux publics dans leur lutte,

réclame la fin des économies dans l’hôpital public qui doit rester accessible à tous,

et exige des investissements en rompant avec la logique austéritaire du TSCG imposé par l’Union européenne.

 

Le 31 décembre 2017

La fédération liégeoise du Parti communiste

 

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Contre les violences urbaines, s'attaquer aux causes sociales

 

Tout en dénonçant les violences exercées contre les biens et les personnes par une jeunesse désorientée, abandonnée et continuellement manipulée, le Parti Communiste estime que ces événements tragiques sont indissociables de la crise sociale.

 

 

 

Dans une ville qui se dit capitale de l'Europe, 37% de la population vit sous le seuil de pauvreté et certaines communes comme Saint Josse et Molenbeek affichent des taux de chômage de 33% et des revenus annuels moyens qui se limitent à 7000 euros par habitant, des chiffres indissociables de la mise à sac du tissu industriel bruxellois.

 

 

 

Dans ce contexte, il n'est pas étonnant qu'à la veille des fêtes de fin d'année, face à un appel au consumérisme lancé par une débauche de publicité, ceux qui doivent se limiter à regarder les étalages soient tentés de casser les vitrines.

 

 

 

Le PC dénonce les allusions de certains politiciens NVA/MR sur les origines étrangères des émeutiers qui ne peuvent qu'attiser les tensions entre communautés.

 

Le PC dénonce les propos électoralistes qui spéculent sur la nécessité de renforcer la police, la répression ou l'instauration d'une tolérance zéro, lesquelles participent à une instrumentalisation des faits divers et du terrorisme sur le thème sécuritaire de plus en plus associée à la criminalisation des luttes sociales.

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Parker Hannifin - il est urgent de s'opposer aux délocalisations

 

La fédération liégeoise du Parti communiste est solidaire avec les 44 travailleurs de Parker Hannifin (entreprise de production de filtres métalliques, notamment pour automobile) qui vont être licenciés par l’entreprise américaine qui venait de racheter l’entreprise Bekaert il y a quelques mois.

 

Le comité fédéral de la fédération constate une nouvelle fois les pratiques antisociales capitalistes de création de trusts qui, pour s’assurer un monopole, rachètent des usines ou des concurrents avant de les abandonner et de jeter les travailleurs. Il apparaît que la société américaine qui brasse 13 milliards de chiffre d’affaires a également sacrifié l’usine suisse de Carouge en mai dernier avec le licenciement de 44 travailleurs et déjà 80 travailleurs en 2014 sous le prétexte de recentrer ses activités à Gessate en Italie.

 

La fédération liégeoise du Parti Communiste estime qu’il est plus que temps de légiférer contre les délocalisations et exprime toute sa solidarité avec les travailleurs.

 

Sprimont, qui connait depuis plusieurs années une désindustrialisation et un chômage de 10,81%1, mérite mieux.

 

Liège, le 17 décembre 2017

La Fédération liégeoise du Parti Communiste

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Morlanwelz, tragédie ou gabegie ?

 

Le PC exprime toute sa sympathie aux victimes du tragique accident survenu à Morlanwelz, situation d’autant plus pénible qu’elle n’est certainement pas fortuite.

 

Il s'agit d'un nouvel élément qui traduit la situation d'une SNCB en soins palliatifs mourant à petit feu d'une maladie qui a débuté dès 1980 par l'offensive néo libérale

 

 

 

Le PC rappelle que de 1980 à nos jours, suite aux « plans d'économie »et autre « plan de la dernière chance » l'effectif de la SNCB est passé de 68000 à 30000 agents soit une diminution de plus de mille emplois par année. Outre l'annulation de nombreux services offerts aux usagers, la diminution de l'effectif a entraîné en Wallonie la suppression de 234 gares et la  transformation de plusieurs autres en point d'arrêt non géré  (PANG) dépourvu de personnel.

Lire la suite

 Imprimer  E-mail