Le rachat pour un euro symbolique du site de Caterpillar par la Région Wallonne a un goût amer

Le rachat pour un euro symbolique du site de Caterpillar par la Région Wallonne a un goût amer. S'il montre que la Région Wallonne (et le pouvoir politique) peut jouer un rôle dans le redéploiement économique, il montre surtout le manque de volonté, de courage et de vision des responsables politiques actuels.

Caterpillar a longtemps bénéficié d'aides directes et indirectes colossales, tout ça pour en arriver à la situation actuelle. Si le gouvernement wallon veut reproduire les mêmes erreurs, le redéploiement industriel de notre région sera voué une fois de plus à l'échec.

Les communistes pensent que la seule voie vers une prospérité durable pour tous passe par une vraie politique industrielle publique, allant à l'encontre du capitalisme mondialisé , ce qui suppose de désobéir aux actuelles contraintes imposées par les instances européennes.

Désobéir et oser, voilà la clé pour mener une politique sociale à grande échelle!

Charleroi, le 28 mars 2017

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Le groupe PTB+ à la province boycotte le conseil provincial

Aujourd’hui, le groupe PTB+ à la province, dont notre camarade Marcel Bergen conseiller provincial, a boycotté la séance du conseil provincial qui s’est transformée en cérémonie d’hommage à André Gilles. Notre parti ne peut cautionner une telle fête après les différents scandales liés à la gestion des intercommunales. Nous ne pouvons nous associer à la remise d’une plaque d’or à André Gilles alors que les travailleurs se sont fait flouer. Ces élites n’ont décidément rien compris !

 

Liège, le 31 mars 2017

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Il faut annuler le projet de loi de Francken

Le Parti communiste s'insurge contre la dérive de plus en plus fasciste du secrétaire d'état Théo Francken. Le Parti communiste appelle les élus politiques dotés d'une conscience humaniste à bloquer l'action de Francken et à faire annuler son projet de loi.

Un nouveau moyen insidieux d'éviter l'accueil de familles de migrants est la possibilité d'expulser leurs enfants.

Le gouvernement belge soutient à fond le secrétaire d'Etat à l'Asile et aux Migrations Theo Francken qui cherche tout moyen de refus d'accueillir tout être Humain en difficulté, en modifiant la loi sur les étrangers. Les raisons invoquées relèvent de la discrimination et se basent sur une hypothétique liaison entre migration, criminalité et liberté de manifester ses opinions. Les expulsions relèveront du seul Office des étrangers, diverses mesures permettront de contrôler encore plus les Migrants, avec la possibilité d'expulser des enfants de moins de 12 ans. Incroyable mais vrai !

Fidèle à ses principes de Solidarité et d'Humanité, refusant tout préjugé et toute accumulation de contrôles sur tout citoyen, le Parti Communiste appelle à se mobiliser pour la défense des Droits humains élémentaires.

Bruxelles, le 14 février 2017

Comité Central du Parti Communiste

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Des transports en commun impayables

Le parti communiste dénonce l’augmentation constante des tarifs qui, depuis plusieurs années,  a lieu au sein de la Société des Transports en Commun de Wallonie (TEC) et qui s’exerce au détriment de la population, en particulier les classes les plus vulnérables (étudiants, seniors, sans-abris et travailleurs sans emploi, souvent non motorisés). Rappelons, à ce propos, l’introduction de l’abonnement payant pour les seniors à 36€ alors que les pensions n’ont pas augmenté.

La dernière augmentation des tarifs est premièrement scandaleusement exorbitante (+0,30 centimes : de 2,10 à 2,40€, soit +14,30% !!), d’autant plus que pendant ce temps les salaires ont stagné et que leur progression est réduite à peau de chagrin. Cette augmentation qui contribue à l’inflation est ingérable et inacceptable pour la population alors qu’elle est obligée à utiliser des transports en commun faute d'autres moyens. Double discours des gouvernants, soumis totalement aux directives européennes, qui préparent lentement mais sûrement la privatisation de notre service public et entrainera de nouvelles augmentations.

Les dernières propositions du ministre Di Antonio vont dans ce sens : il profite de l’état de choc des révélations sur les structures des intercommunales (Publifin & co) pour appeler à la fusion des différentes régionales de la TEC et à la création d’une seule structure wallonne. Nous savons pertinemment que ce n’est pas cette opération qui va permettre des économies substantielles. Par contre, une seule et grande structure à l’échelle de la Wallonie sera plus facile à
privatiser tandis que les petites lignes locales, essentielles au service de la population, sont jugées peu rentables pour les partisans de la liquidation des services publics. Exactement tel que ce qui se passe à la SNCB où ils suppriment 700km de voies et de nombreux trains. 
 

C’est pourquoi le parti communiste rappelle qu’il est en faveur

 

-          des TEC exclusivement publics.

 

-          la gratuité des transports publics. (C’est tout à fait faisable si la fiscalité est conçue au service de la population, c’est écologique, et ça augmente le pouvoir d’achat).

 

-          de la suppression totale des mandats d’administrateurs publics et la nomination d’un seul administrateur général issu de l’administration wallonne

  

-          du maintien des différentes régionales. La TEC doit rester un SERVICE PUBLIC et non pas un jackpot pour les « copains ».

 

Bruxelles, le 22 février 2017

Le BP du PC

 

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Le parti communiste manifeste sa colère et son indignation face aux révélations sur Publifin-Nethys

Résultat d’images pour nethys publifin logo

 

Le Parti Communiste estime qu'il ne  s'agit  pas seulement de l'affaire d'individus, ni d'un seul parti, mais d'une classe  politique qui se discrédite  en  s'apparentant  de plus en plus au mondes des affaires. Sans aucune éthique ni remords et tout en continuant de justifier l'austérité ou la lutte contre les abus sociaux, certains n'hésitent pas à se servir dans les caisses de la collectivité ou à  bénéficier des largesses d’hommes d’affaire plus que douteux ! Tout au plus, pour se  donner bonne conscience, ils se ridiculisent en promettant la restitution des sommes indues à la croix rouge ou autres bonnes œuvres.

 

Le Parti communiste situe l'affaire Publifin/Nethys ou du Kazakhgate dans  un  capitalisme en voie de pourrissement complet.

 

Le Parti Communiste rappelle que les intercommunales ont pour mission la mise en commun des ressources de plusieurs communes pour servir les intérêts de la population. C'est pourquoi le Parti Communiste exige une structure entièrement publique des intercommunales, la baisse du prix de l’électricité fournie par Resa (filiale de Nethys), la limitation des salaires des patrons et le retrait de toute opération néocoloniale de Nethys et de toute autre intercommunale en République Démocratique du Congo et à l’étranger.

 

Le Parti Communiste rappelle que « les   affaires » :

· ont toujours participé au  discrédit du monde politique au détriment de la démocratie  et au profit de  l'extrême droite ;

· contribuent également à détourner l'attention des populations des agissements d'un gouvernement ultra libéral qui continue de nous soumettre à des traités européens livrant le bien public aux multinationales en détruisant toutes  les conquêtes sociales ou les libertés arrachées par les travailleurs à la bourgeoisie depuis plus d'un siècle.

Lire la suite

 Imprimer  E-mail