Pour Pierre Laurent, les conditions ne sont pas réunies pour que les communistes participent au gouvernement

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a estimé lundi devant le Conseil national du Parti réuni à huis clos, que les conditions n'étaient aujourd'hui "pas réunies" pour que des communistes entrent au gouvernement. La décision finale a été soumise au votre mercredi.

Un projet de bulletin de vote, proposé par le comité exécutif du PCF qui a été soumis aux militants lundi et mardi dans toutes les fédérations indique "qu'aujourd'hui, en dépit de nos appels répétés à la prise en compte de nos propositions, nous estimons que les conditions de notre participation au gouvernement Ayrault ne sont pas réunies". Une décision finale a été prise mercredi par les 500 délégués PCF lors d'une conférence nationale. Pourtant, des responsables communistes ont expliqué que le parti se considérait dans la majorité de gauche et que ses membres ne seraient pas "des empêcheurs de tourner en rond".

Lire la suite

ImprimerE-mail

Grèce: La progression fulgurante de Syriza est un événement majeur

Les citoyens grecs se sont prononcés hier à l'occasion des élections législatives dans un contexte difficile. C'est la droite conservatrice et corrompue, «Nouvelle démocratie», qui arrive légèrement en tête (29,5% ) devant la coalition Syriza menée par Alexis Tsipras (27%).

Le rejet de l'austérité est tellement fort en Grèce que la droite elle-même, dans cette campagne a dû se prononcer pour un allongement des échéances de paiement de la dette. Angela Merkel a approuvé aujourd'hui cette mesure à Los Cabos alors que si Syriza avait gagné, l'exclusion de la Grèce de la zone euro était sérieusement envisagée. Le sort des Grecs semble suspendu aux accointances de la Chancelière allemande. Cela pose des questions sur la construction européenne actuelle.

Lire la suite

ImprimerE-mail

100 milliards pour les banques contre les intérêts du peuple espagnol.

Ce week-end, les ministres des finances de la zone euro ont décidé de renflouer les banques espagnoles. Il ne s'agit pas, comme le laissent entendre les commentateurs, de «sauver l'Espagne», mais de sauver les profits des banquiers alors que ce sont eux qui ont organisé l'arnaque immobilière.

Ce sauvetage du capital, les Espagnols vont le payer deux 

fois puisque l’État a absorbé la dette des institutions financières et en devient le garant au plan européen. Ce sont 100 000 milliards d'euros qui ne serviront pas aux ménages, aux PME, à relancer l'économie espagnole. Ce sont 100 000 milliards dont les intérêts serviront encore la spéculation.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Élections en France: déclaration de Pierre Laurent

Les premières estimations, ce soir, confirment le basculement de l'Assemblée nationale à gauche. La page du pouvoir sarkozyste en France est définitivement tournée mais le parti de l'ancien président sauve un nombre substantiel de sièges. Il ne fait aucun doute que la droite saura s'en servir pour multiplier les obstacles au changement dans notre pays. L'entrée du FN dans l'hémicycle qui reste heureusement circonscrite est un signal d'alarme supplémentaire.

A gauche, le Parti socialiste parvient à son objectif et dispose à lui tout seul d'une majorité absolue. Le Front de gauche aura moins de députés malgré un gain en nombre de voix et en pourcentage mais les conditions semblent ce soir réunies pour la constitution d'un groupe à l'Assemblée. Si cela se confirme, c'est une bonne nouvelle pour la démocratie.

Lire la suite

ImprimerE-mail

A l'intention de la direction de Syriza

Chers camarades,

Le Parti Communiste Wallonie-Bruxelles vous exprime ainsi qu'à votre peuple sa totale solidarité en ces moments particulièrement difficiles. Nous sommes, comme vous, convaincus que la résistance que vous menez contre les diktats de la troïka ne concerne pas seulement la Grèce mais l'ensemble des pays européens, y compris le nôtre.

Récemment, l’OCDE considérait la Belgique comme l’un des pays européens les plus « performants en matière de bien-être ». Dans la foulée, elle conseillait à notre gouvernement de changer le système de l’indexation des salaires pour garantir la compétitivité des entreprises, qui est toujours l’une des meilleures d’Europe. Or, l’indexation est précisément l’un des garants les plus sûrs d’une bonne rémunération et donc du bien-être.

Lire la suite

ImprimerE-mail