Les communistes avec les travailleurs du non-marchand

 

 
   


Le Parti Communiste tient à apporter son soutien aux travailleurs.ses du secteur non-marchand, tant public que privé, réunis ce 28 avril à Namur.

 

Quel que soit le niveau de gouvernement, les justes revendications des travailleurs pour plus de moyens et de meilleures conditions de travail rencontrent des murs appelés « austérité » ou « rigueur », qui sont de même nature car édifiés par l’Europe.

 

Mais il serait dangereux de croire que dans les conditions actuelles, la moindre amélioration pourra passer par la concertation. Face à l'austérité imposée par ces gouvernements aux orientations ultra-libérales, il n'y a pas d'autres solutions que la lutte sociale en union avec les autres secteurs !

 

Parce que le non-marchand est un secteur qui produit de la richesse sociale, du lien, du bien-être, il est un des points d'appui majeurs du mouvement social en Belgique. C'est pourquoi nous sommes avec vous aujourd'hui !

 

 

Section de Namur du Parti Communiste

 

 

Nous contacter : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Meeting du 1er mai à Liège : contre les profiteurs, pour la justice sociale

 

Meeting du 1er mai et manifestation dans les rues de Liège

 

« Contre les profiteurs, pour la justice sociale »

 

 Scandale sur scandale. Depuis plusieurs mois, les scandaleuses rémunérations chez Publifin, Telenet, etc. montrent les inégalités croissantes entre nos dirigeants et les travailleurs.

 

Alors que les prix ont augmenté, que les prix de l’électricité ont été maintenus à des niveaux surélevés uniquement par décision politique, que les salaires sont bloqués, la droite veut nous faire travailler plus pour gagner moins, notamment avec la loi Peeters.

 

Pendant ce temps-là, les actionnaires, les grands patrons et certains hommes politiques s’enrichissent avec nos contributions. Au nom de l’austérité, ils rejettent la faute sur les plus faibles d’entre nous, dont les allocataires sociaux en les excluant. Ils n’ont que mépris pour ceux qui créent la véritable richesse de ce pays. Stop aux exclusions !

 

Refusons l’austérité que les patrons et nos gouvernants nous imposent. Assez de nous serrer la ceinture.

 

Le 1er mai, jour de lutte de tous les travailleurs, jour de lutte pour la réduction collective du temps de travail, avec maintien de salaire et embauche compensatoire.

 

  Venez manifester avec les communistes ce 1er mai à 11h place saint Paul !

  

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Halte à l'agression impérialiste ! Soutenons le peuple syrien !

 

TRUMP RÉCOMPENSE AL-QAEDA ET DAECH

 

Ce jeudi 6 avril, le Président Trump, sans consulter qui que ce soit, sans en référer à l’ONU, a ordonné une agression criminelle et lâche contre la Syrie sous prétexte que ce pays aurait fait usage des armes chimiques dans la guerre en cours dans ce pays au moment où les Nations Unies examinaient une proposition russe pour qu'une commission spéciale détermine la nature de l'accident et identifie les responsables. Bien entendu, personne ne peut accepter l'usage ignoble de ce type d'armes dont l'illégalité est depuis longtemps consacrée par le droit international ; nul ne conteste la réalité des morts et blessés de Khan Cheikhoun victimes de l'inhalation des gaz létaux. Mais comme d'habitude, tel que ce fut le cas lors des guerres d'Irak, de Yougoslavie, de Lybie et maintenant en Syrie, les grands médias se mettent au service des politiques militaristes, pour le grand bonheur des industries de l'armement, et décident, sans la moindre retenue qui est le responsable de ces attaques. Campagnes de manipulation de l'information concoctée au service des gouvernements complices et qui serviront pour le déclenchement des guerres.

 

Dans le cas de Khan Cheikhoun ces médias et leurs mentors (Trump, Hollande, Merkel..) ont décidé que le responsable est le Président Syrien. Au mois d'août 2013 ils avaient déjà accusé Bachar el Assad de l'attaque aux armes chimiques de Ghouta, sans la moindre preuve. Des études particulièrement sérieuses, venant notamment d'une commission scientifique du MIT (Massachussetts Institue of Technology), la plus prestigieuse université au monde dans le domaine de la technologie, concluait qu'il était impossible que cette attaque ait venu des forces militaires syriennes et qu'il était plus probable qu'elle venait des forces islamistes. Aujourd'hui, le gouvernement syrien et les autorités russes affirment que le drame est survenu lors qu’une attaque classique de l'aviation syrienne a touché un dépôt d'armes chimiques des terroristes.

 

Rien n’interdit de penser que nous sommes à nouveau dans le même scénario qu'en 2013 et que les Etats Unis confirment ainsi leur vieille complicité avec Israël, la Turquie et les monarchies du golfe pour finir avec le dernier État insoumis de la région. Par ailleurs, cette attaque de la base aérienne syrienne est une aide directe à l’Etat Islamique qui aussitôt en a profité pour relancer une offensive ! C'est pourquoi le Parti communiste dénonce avec la plus grande énergie l’intervention illégale des Etats Unis.

 

Le suivisme inconditionnel de nos gouvernements vis-à-vis des diktats du Pentagone et de l'OTAN ne mène qu’à une escalade militaire et à un risque d’embrasement général. Le PC appelle nos gouvernements à favoriser la voie des négociations, en commençant par le rétablissement des relations avec la Syrie.

 

HALTE A L’ESCALADE GUERRIÈRE ! SORTONS DE L'OTAN !

 

BAS LES PATTES DE LA SYRIE !

 

MOBILISONS NOUS POUR RÉSISTER A L'AGRESSION IMPÉRIALISTE ET SOUTENIR LE PEUPLE SYRIEN

 

10 Avril 2017

 

Le Bureau Politique du Parti Communiste (Wallonie – Bruxelles)

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Solidarité avec les travailleurs de Brico

Le parti communiste soutient les travailleurs de Brico, dont ceux de Herstal et Fléron aujourd'hui en grève, dans leur lutte contre la flexibilisation du temps de travail et pour le maintien de l'emploi. Le patronat cherche à diviser les travailleurs en donnant une fausse liberté à certains de consommer pendant que d'autres sont exploités. Brico n'est qu'une expérience avant l'application dans d'autres entreprises. Nous devons, pour réclamer plus de temps pour nous, lutter pour la réduction du temps de travail (à 32h, avec maintien du salaire et embauche compensatoire) et appuyer les travailleurs de Brico.

Namur, le 1er avril 2017

le Bureau politique du PC

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Le rachat pour un euro symbolique du site de Caterpillar par la Région Wallonne a un goût amer

Le rachat pour un euro symbolique du site de Caterpillar par la Région Wallonne a un goût amer. S'il montre que la Région Wallonne (et le pouvoir politique) peut jouer un rôle dans le redéploiement économique, il montre surtout le manque de volonté, de courage et de vision des responsables politiques actuels.

Caterpillar a longtemps bénéficié d'aides directes et indirectes colossales, tout ça pour en arriver à la situation actuelle. Si le gouvernement wallon veut reproduire les mêmes erreurs, le redéploiement industriel de notre région sera voué une fois de plus à l'échec.

Les communistes pensent que la seule voie vers une prospérité durable pour tous passe par une vraie politique industrielle publique, allant à l'encontre du capitalisme mondialisé , ce qui suppose de désobéir aux actuelles contraintes imposées par les instances européennes.

Désobéir et oser, voilà la clé pour mener une politique sociale à grande échelle!

Charleroi, le 28 mars 2017

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Le groupe PTB+ à la province boycotte le conseil provincial

Aujourd’hui, le groupe PTB+ à la province, dont notre camarade Marcel Bergen conseiller provincial, a boycotté la séance du conseil provincial qui s’est transformée en cérémonie d’hommage à André Gilles. Notre parti ne peut cautionner une telle fête après les différents scandales liés à la gestion des intercommunales. Nous ne pouvons nous associer à la remise d’une plaque d’or à André Gilles alors que les travailleurs se sont fait flouer. Ces élites n’ont décidément rien compris !

 

Liège, le 31 mars 2017

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Des transports en commun impayables

Le parti communiste dénonce l’augmentation constante des tarifs qui, depuis plusieurs années,  a lieu au sein de la Société des Transports en Commun de Wallonie (TEC) et qui s’exerce au détriment de la population, en particulier les classes les plus vulnérables (étudiants, seniors, sans-abris et travailleurs sans emploi, souvent non motorisés). Rappelons, à ce propos, l’introduction de l’abonnement payant pour les seniors à 36€ alors que les pensions n’ont pas augmenté.

La dernière augmentation des tarifs est premièrement scandaleusement exorbitante (+0,30 centimes : de 2,10 à 2,40€, soit +14,30% !!), d’autant plus que pendant ce temps les salaires ont stagné et que leur progression est réduite à peau de chagrin. Cette augmentation qui contribue à l’inflation est ingérable et inacceptable pour la population alors qu’elle est obligée à utiliser des transports en commun faute d'autres moyens. Double discours des gouvernants, soumis totalement aux directives européennes, qui préparent lentement mais sûrement la privatisation de notre service public et entrainera de nouvelles augmentations.

Les dernières propositions du ministre Di Antonio vont dans ce sens : il profite de l’état de choc des révélations sur les structures des intercommunales (Publifin & co) pour appeler à la fusion des différentes régionales de la TEC et à la création d’une seule structure wallonne. Nous savons pertinemment que ce n’est pas cette opération qui va permettre des économies substantielles. Par contre, une seule et grande structure à l’échelle de la Wallonie sera plus facile à
privatiser tandis que les petites lignes locales, essentielles au service de la population, sont jugées peu rentables pour les partisans de la liquidation des services publics. Exactement tel que ce qui se passe à la SNCB où ils suppriment 700km de voies et de nombreux trains. 
 

C’est pourquoi le parti communiste rappelle qu’il est en faveur

 

-          des TEC exclusivement publics.

 

-          la gratuité des transports publics. (C’est tout à fait faisable si la fiscalité est conçue au service de la population, c’est écologique, et ça augmente le pouvoir d’achat).

 

-          de la suppression totale des mandats d’administrateurs publics et la nomination d’un seul administrateur général issu de l’administration wallonne

  

-          du maintien des différentes régionales. La TEC doit rester un SERVICE PUBLIC et non pas un jackpot pour les « copains ».

 

Bruxelles, le 22 février 2017

Le BP du PC

 

Lire la suite

 Imprimer  E-mail