Trump le fauteur de guerre soutient l’état sioniste d’Israël et tient ses promesses

 

Le Parti Communiste dénonce le coup de force du Président Trump qui, au mépris de toutes les règles internationales et au risque de déclencher une nouvelle guerre, offre à Israël la reconnaissance officielle de Jérusalem comme capitale de l’État sioniste d’Israël. Le PC considère cette décision comme un acte de provocation à l'égard des palestiniens et de toute la communauté musulmane qui ne manquera pas d'accentuer la déstabilisation du moyen orient et de donner des arguments aux partisans du terrorisme.

 

L’onde de choc internationale est immense. En effet, le plan de partage de l’ONU du 29 novembre 1947 prévoyait, outre la division de la Palestine – alors protectorat britannique – en deux États, l’un juif, l’autre arabe, l’internationalisation de Jérusalem et de sa région pour tenir compte de la dimension religieuse spécifique de la ville. La résolution de 1947 des Nations unies stipule explicitement que la ville de Jérusalem n'est ni arabe ni juive ni chrétienne, mais qu'elle appartient à tous les peuples et que par conséquent, elle doit être placée sous contrôle de l'Onu ou d'un comité conjoint. Ne respectant aucune résolution de l’ONU comme à leur triste habitude, les autorités israéliennes, ont colonisé la ville, y ont installé quasiment toutes les institutions publiques : la présidence, la Knesset, les ministères, le mémorial de Yad Vashem… (sauf celui de la défense, ainsi que toutes les ambassades toujours situées à Tel-Aviv) transformant de fait Jérusalem en leur capitale politique et administrative. Le pouvoir Israélien a même déclaré Jérusalem sa «capitale éternelle et indivisible». Jamais la communauté internationale n’a accepté ce contournement du plan de partage.

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Esclavagisme en Libye et conséquence de l'OTAN et Cie.

 

Le Bureau Politique du Parti Communiste s'indigne suite aux scandaleuses révélations témoignant de la situation « inhumaine » de ressortissants d'Afrique centrale qui sont vendus aux enchères comme esclaves en Libye.

 

Il félicite et s'associe à tous ceux qui partout ont manifesté leur indignation vis à vis de telles pratiques particulièrement ignobles à notre époque.

 

 

 

Le PC rappelle que ces événements sont la conséquence directe de l'intervention militaire que la coalition US/UE de l'OTAN a menée en 2011 sous couvert de raisons soi disant humanitaires en procédant à une véritable mise à sac de l'État libyen aboutissant à l'élimination de son dirigeant, le colonel M Khadafi.

 

Cette mise à sac a pour conséquence un afflux de réfugiés lesquels, au prix de leur vie, essayent par tous les moyens de gagner l'Europe.

 

 

 

Le PC rappelle qu'en tant que producteur de pétrole la Libye était le pays le plus développé d'Afrique où l'État accordait une attention particulière aux besoins de la population. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la population libyenne jouissait d'une durée moyenne de vie de 77 ans et d'un indice de développement humain (IDH) qui avoisinait 0,80. À titre indicatif, d'autres producteurs de pétrole africain comme l'Angola et le Nigeria dirigés par les partisans d'une  « Afrique blanche » au service des multinationales Total et BP affichent un IDH de 0,450 et une longévité de vie qui n'excède pas 48 ans.

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Contre la course aux armements, au nom de l'aspiration de paix de nos peuples, arrêtons la militarisation de l'UE!

Les partis communistes et ouvriers signataires condamnent le projet de «Coopération structurée permanente» (dont le sigle en anglais est PESCO) comme étant une initiative militariste agressive.

 

L'Allemagne impérialiste, sous la direction du Ministre de la Défense Von der Leyen, prendra la direction des 23 états membres pour constituer ce qu'elle appelle "L'armée européenne". Dans ce but, elle confirme qu'une force militaire commune est une idée de base de la Communauté européenne. Pourtant, jusqu'à présent, les mentors du projet d'intégration ont essayé de nous vendre ce projet comme un projet de paix.

En fait, le projet PESCO ne fait qu'augmenter le danger de guerre sous le prétexte d'arriver à "l'autonomie stratégique". Cela signifie que l'UE doit être en capacité de faire la guerre indépendamment des États-Unis et de l'OTAN. Ainsi, en plus d'obliger les États à se lancer dans une course à l'armement permanente, le PESCO exige des États participants des contributions substantielles aux futures interventions militaires de l'UE. Les États participants seront non seulement tenus d'augmenter leurs dépenses militaires, mais aussi de participer à des projets d'armement communs et de fournir des soldats pour des «groupements tactiques de l'UE».

Ceci signifie que les sommes destinées aux dépenses militaires ne peuvent pas être dépensées à des fins sociales. Chaque euro dépensé en armement est un euro qui est refusé aux retraités, aux étudiants et à leur éducation, aux enfants et à leurs écoles et garderies, aux familles et au soutien aux malades.

Nous, communistes, demandons la dissolution de l'OTAN, l'arrêt de la militarisation de l'UE, et invitons à résister aux guerres impérialistes!

 

Partis signataires:

Parti Communiste Allemand
Parti du Travail d'Autriche
Parti Communiste Wallonie-Bruxelles
Parti du Travail de Belgique
AKEL, Chypre
Parti Communiste des peuples d'Espagne
Communistes de Catalogne
Parti Communiste de Finlande
Parti Communiste du Luxembourg
Nouveau Parti Communiste des Pays Bas
Parti Communiste de Pologne
Parti Communiste Portugais
Parti Communiste de la Bohême et Moravie

Union du Peuple Galicien
Parti Communiste Roumain

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Contre les violences urbaines, s'attaquer aux causes sociales

 

Tout en dénonçant les violences exercées contre les biens et les personnes par une jeunesse désorientée, abandonnée et continuellement manipulée, le Parti Communiste estime que ces événements tragiques sont indissociables de la crise sociale.

 

 

 

Dans une ville qui se dit capitale de l'Europe, 37% de la population vit sous le seuil de pauvreté et certaines communes comme Saint Josse et Molenbeek affichent des taux de chômage de 33% et des revenus annuels moyens qui se limitent à 7000 euros par habitant, des chiffres indissociables de la mise à sac du tissu industriel bruxellois.

 

 

 

Dans ce contexte, il n'est pas étonnant qu'à la veille des fêtes de fin d'année, face à un appel au consumérisme lancé par une débauche de publicité, ceux qui doivent se limiter à regarder les étalages soient tentés de casser les vitrines.

 

 

 

Le PC dénonce les allusions de certains politiciens NVA/MR sur les origines étrangères des émeutiers qui ne peuvent qu'attiser les tensions entre communautés.

 

Le PC dénonce les propos électoralistes qui spéculent sur la nécessité de renforcer la police, la répression ou l'instauration d'une tolérance zéro, lesquelles participent à une instrumentalisation des faits divers et du terrorisme sur le thème sécuritaire de plus en plus associée à la criminalisation des luttes sociales.

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Morlanwelz, tragédie ou gabegie ?

 

Le PC exprime toute sa sympathie aux victimes du tragique accident survenu à Morlanwelz, situation d’autant plus pénible qu’elle n’est certainement pas fortuite.

 

Il s'agit d'un nouvel élément qui traduit la situation d'une SNCB en soins palliatifs mourant à petit feu d'une maladie qui a débuté dès 1980 par l'offensive néo libérale

 

 

 

Le PC rappelle que de 1980 à nos jours, suite aux « plans d'économie »et autre « plan de la dernière chance » l'effectif de la SNCB est passé de 68000 à 30000 agents soit une diminution de plus de mille emplois par année. Outre l'annulation de nombreux services offerts aux usagers, la diminution de l'effectif a entraîné en Wallonie la suppression de 234 gares et la  transformation de plusieurs autres en point d'arrêt non géré  (PANG) dépourvu de personnel.

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Participation à la fête de Liberté Hebdo (PCF Roubaix)

 

Ce samedi 14 octobre, pour la quatrième fois d'affilée, nous avons répondu favorablement à l'invitation de nos camarades de la section de Roubaix du Parti Communiste français (PCF) à participer à la fête de leur journal "liberté hebdo".

Foto de Parti Communiste.

Comme chaque année, nous avons pu prendre part au débat qui cette fois tournait autour de la loi travail XXL en France avec la présence du nouveau député du nord PCF Alain Bruneel et du secrétaire de l'union locale de la CGT Abdel Abdessalam. Nous avons partagé nos expériences de nos luttes contre les lois qui cassent les droits des travailleurs et leurs organisations de représentations que sont les syndicats. Le maître-mot du débat fut la convergence des luttes tant intersectorielle qu' internationale face aux attaques contre notre classe décidées à l'union européenne et appliquées par les différents gouvernements au service du patronat. C'est pourquoi nous avons convenus d'actions communes notamment dès le 23 octobre lors de la marche des solidarités à Charleroi et que nous continuerons à avoir des rencontres régulières entre camarades frontaliers dans les prochaines semaines et prochains mois.

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Solidarité avec les travailleurs de Catalogne et d'Espagne

 

Dimanche 1er octobre, le référendum sur l’indépendance de la Catalogne organisé par la Generalitat (gouvernement de Catalogne) était violemment empêché et réprimé par la Guardia Civil et le gouvernement central de Madrid, mené par le conservateur Mariano Rajoy. Déjà quelques jours auparavant, la presse qui parlait du référendum était censurée, des élus catalans étaient arrêtés. Le Parti Communiste dénonce fermement ces pratiques antidémocratiques.

 

Si nous considérons avec respect les revendications de centaines de milliers de catalans, lassés des politiques discriminatoires et méprisantes, héritées du temps du franquisme, venant des autorités de Madrid notamment dans le domaine culturel et linguistique, le Parti Communiste estime cependant que le principal combat de la classe ouvrière doit être celui contre le capitalisme. En effet, la dette de l’Espagne a dépassé son PIB en 2017 (100,4%). Par contre si la Catalogne devenait indépendante, sa dette serait de 134% ! Or l’Union européenne, que souhaite intégrer la bourgeoisie catalane, impose le TSCG et la règle d’or d’Angela Merkel. Le peuple catalan n'a dès lors rien à gagner à devenir indépendant car l'austérité que combattent les travailleurs de Catalogne et qui est donc le fruit du cadre de l'Union européenne, serait encore pire! 

Lire la suite

 Imprimer  E-mail