21e IMCWP Appel de la 21e rencontre internationale des Partis Communistes et Ouvriers

 

[FR] La 21e Rencontre Internationale des Partis Communistes et Ouvriers a été organisée encore une fois après 4 ans en Turquie, cette fois à Izmir, sous la responsabilité commune du KKE et du TKP. Les 137 participants, qui représentaient 74 partis provenant de 58 pays, expriment leur gratitude à tous les deux partis pour avoir pris cette responsabilité.

 

Cette année, c’est le 100e anniversaire de la fondation du Komintern. Nous avons été les témoins de plusieurs situations qui nous prouvent chaque fois l’importance de la solidarité et de la lutte commune des partis communistes, ainsi que l’importance de l’unité des efforts révolutionnaires pour dépasser le capitalisme, en tant que système global désastreux sans avenir.

 

Des millions de gens dans tout le monde vivent la répression de leurs droits, l’aggravation des problèmes, la pauvreté, le chômage, ils se réfugient et émigrent, comme résultat d’un système social qui est historiquement dépassé. L’aggravation des contradictions de classe et des antagonismes inter-impérialistes est le résultat du développement qui a comme critère le profit des monopoles et l’exploitation.

 

La contradiction entre le travail et le capital s’intensifie avec le caractère d’exploitation, oppressif et agressif du capitalisme ; et c’est la classe ouvrière, comme toujours, qui porte le poids.

 

Les antagonismes, les foyers de guerre et les tensions s’intensifient, comme résultat de l’agressivité impérialiste. Des activités militaires croissantes, des attaques, des opérations de déstabilisation, des sanctions, des blocus, sont promus par les forces impérialistes, avec les Etats-Unis et d’autres forces puissantes capitalistes de l’UE en première ligne. La pression de l’OTAN sur ses états-membres pour augmenter leurs dépenses militaires, l’augmentation des dépenses pour les armes nucléaires et pour des recherches spatiales pour des causes militaires, les plans de création d'une « armée européenne », les exercices et les entraînements militaires ne visent pas à la sécurité et la paix dans le monde, mais à la promotion des intérêts des monopoles et à l’imposition de la domination impérialiste sur les peuples, au niveau international.

 

La nature est pillée à cause de l’avidité des monopoles pour leurs profits, comme c’était le cas avec la destruction récente de l’Amazone, pour les intérêts du capitalisme. Des millions de gens n’ont pas d’accès à l’eau potable propre, un tiers de la population est privée des installations hygiéniques de base ; des catastrophes naturelles, comme des séismes, des inondations, des ouragans deviennent des fléaux avec des conséquences sociales et environnementales graves.

 

L’appropriation des progrès scientifiques et technologiques par le capital contient un potentiel destructeur, au lieu de servir le progrès de l’humanité. Les possibilités énormes créées par le progrès scientifique et technologique pour la solution des problèmes importants de l’humanité ne seront utilisées que sous le pouvoir de la classe ouvrière. Le socialisme est une nécessité vitale, ainsi que la seule solution qui puisse faire face à l’attaque contre l’environnement.

 

Malgré les difficultés, les forces ouvrières-populaires réagissent à l’offensive du capital. Des grèves et d’autres luttes ouvrières se développent, ainsi que des résistances populaires à l’occupation et les menaces et invasions impérialistes, des luttes pour la défense des droits démocratiques.

 

Les développements dans la région de l’Asie et du Pacifique sont inquiétants. En utilisant les conflits et les contradictions existants entre les pays sur des sujets divers, les États-Unis et d’autres pays essaient de compromettre la paix et la stabilité de la région. La situation exige des efforts unis des peuples, l’action commune, afin de dépasser la situation actuelle, par des moyens pacifiques et avec le respect des droits souverains de tous les pays et du Droit International.

 

La Rencontre Internationale des Partis Communistes et Ouvriers souligne surtout l’agressivité de l’impérialisme américain et de ses alliés dans la Golfe Persique, où ils créent une situation très dangereuse pour les peuples de la région et du monde, et nous condamnons totalement les menaces contre l’Iran.

 

Dans ces conditions, il est nécessaire de renforcer la solidarité internationaliste entre les partis communistes et les organisations ouvrières de classe, les mouvements sociaux, populaires et progressifs, les mouvements des agriculteurs pauvres et des travailleurs agricoles, qui ont la responsabilité de mener la résistance et les luttes des peuples travailleurs.

 

Les participants ont exprimé particulièrement leur solidarité avec les peuples de la Turquie et de la Grèce et avec les communistes des deux pays, qui luttent dans des conditions complexes, car la situation dans la région de la Méditerranée orientale menace la paix. L’intensification des tensions entre la Turquie et plusieurs autres pays de la région, surtout l’invasion à la ZEE de la Chypre, en violant le Droit International, en ce qui concerne le droit de recherche des ressources d’énergie dans la Méditerranée, peut se transformer en un conflit militaire – qui peut avoir des effets non pas seulement sur les peuples de la région, mais aussi plus amplement. Les Partis Communistes et Ouvriers lutteront pour s’acquitter de leur devoir de protéger la paix dans la région, de renforcer l’action commune et l’amitié entre les peuples, par opposition à l’exploitation capitaliste dans chaque pays et aux intérêts des monopoles et des forces impérialistes.

 

La 21e Rencontre Internationale des Partis Communistes et Ouvriers lance un APPEL pour des actions convergentes et communes et pour la solidarité :

 

  • Avec les grèves et les autres luttes pour les droits ouvriers - populaires
  • Avec les communistes et d’autres militants révolutionnaires qui font face aux persécutions et aux attaques contre les droits et les libertés démocratiques ; contre l’anticommunisme et la falsification de l’histoire du socialisme et du mouvement révolutionnaire, en honorant le 75e anniversaire de la Victoire Antifasciste, et surtout en condamnant la résolution anticommuniste qui a été récemment adoptée par le Parlement Européen
  • Fêter largement l’anniversaire important des 150 ans de la naissance de V. I. Lénine, ainsi que le 200e anniversaire de la naissance d’Engels.
  • En honorant nos camarades, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, à l'occasion du centenaire de leur assassinat.
  • Avec Cuba Socialiste, qui fait face à l’encerclement politique, économique et militaire par l’impérialisme, dont les États-Unis sont en tête. Il faut demander d’arrêter le blocus américain contre Cuba.
  • Avec les peuples qui luttent contre les invasions impérialistes militaires des États-Unis et de leurs alliés, y compris l’attaque du gouvernement turc contre la Syrie, qui conduit à la déstabilisation de toute la région ; nous défendons l’indépendance et l’intégrité territoriale de la Syrie. Nous condamnons l’agressivité de l’Israël contre le Liban, la Syrie et l’Iraq, ainsi que les attaques en Libye, au Donbass, contre les communistes ukrainiens, et nous nous opposons au régime réactionnaire nationaliste de Kiev ; pour les droits du Peuple Kurde qui souffre par l’impérialisme et les régimes réactionnaires, pour son droit de déterminer son propre avenir.
  • Avec le peuple du Yémen qui subit les conséquences de la guerre prolongée par l’Arabie Saoudite et ses alliés, qui a provoqué des milliers de pertes en vies, en soutenant le droit du peuple yéménite de déterminer son propre avenir sans interventions étrangères.
  • Avec le peuple palestinien, pour la fin de l’occupation et pour l’autodétermination, la fondation d’un État national, indépendant, ayant Jérusalem-Est comme capitale, en accord avec les résolutions de l’ONU ; en soutenant la résistance du peuple palestinien, en condamnant la politique criminelle d’Israël et la proposition impérialiste dudit « accord du siècle ».
  • Avec le peuple de Chypre et d’autres peuples qui luttent contre l’occupation étrangère.
  • Avec le peuple du Sahara Occidental qui lutte contre l’occupation étrangère.
  • Avec les peuples de Corée, du Venezuela, du Nicaragua, de Bolivie et d’Iran, qui luttent contre le blocus américain, les mesures coercitives unilatérales et extraterritoriales, la déstabilisation, les sanctions financières et bancaires et la menace d’une attaque militaire.
  • Avec le peuple de l’Equateur, qui lutte contre les mesures d’austérité promues par le gouvernement du pays.
  • Avec le peuple colombien qui subit les conséquences du fait que le gouvernement bourgeois ne s’est pas conformé à l’Accord de Paix et contre l’aggravation des persécutions et des assassinats des révolutionnaires et d’autres militants sociaux et politiques.
  • Avec les peuples qui luttent contre des régimes réactionnaires, les peuples du Soudan, du Pakistan, du Liban, ainsi que d’autres peuples dans la région du Moyen-Orient et d'Afrique.
  • Avec le peuple Irakien, en soutenant ses demandes justes.
  • Avec les prisonniers politiques, qui ont été injustement condamnés, dans le cadre de la politique de criminalisation des luttes populaires anti-impérialistes et antisionistes, avec les réfugiés et les immigrés, avec les peuples autochtones dans plusieurs pays, contre les attaques racistes et fascistes et contre leur exploitation excessive.
  • Pour les droits et l’émancipation des femmes contre l’oppression, les discriminations et l’exploitation.
  • Pour les luttes de la jeunesse, pour le droit à l’éducation gratuite, pour une vie sans exploitation.
  • Contre la destruction de l’environnement, du point de vue de la classe ouvrière et des intérêts populaires.
  • Pour la paix et l’indépendance, contre le militarisme et la guerre, contre les bases militaires étrangères des États-Unis et de l’OTAN, contre l’OTAN, pour l’abolition des armes de destruction massive, pour dénoncer l’augmentation des armements nucléaires et les efforts des États-Unis de renverser les accords internationaux sur le contrôle des armes.
  • A l’occasion du complément du 75e anniversaire de la Charte des Nations Unies, nous condamnons les invasions impérialistes, qui violent ou annulent en effet même des accords internationaux ou des décisions de l’ONU, qui ont été conclus dans des décennies passées, avec l’intervention de l’Union Soviétique, des États socialistes, dans des conditions d’une corrélation des forces différentes.
  • Avec le peuple de la Syrie, à travers la rencontre de solidarité, le 28-30 novembre 2019, à Damas, et d’autres activités et des missions de solidarité, l’année prochaine.

 

Les Partis Communistes et Ouvriers qui ont participé à la 21e Rencontre des Partis Communistes et Ouvriers expriment sincèrement leur gratitude à tous nos camarades qui ont aidé pour réaliser cet événement. Enfin, nous saluons tous les partis qui vont célébrer le 100e anniversaire de leur fondation.

 

Vive l’internationalisme prolétarien !

 

Vive la révolution et le socialisme ! 

cf. http://solidnet.org/article/21-IMCWP-Appeal-of-the-21st-International-Meeting-of-Communist-and-Workers-Parties/

Lire la suite

ImprimerE-mail

Manifestation contre le centre fermé de Jumet

Ce samedi 26 octobre, le collectif Charleroi Solidarité Migrant.e.s appelait à une deuxième manifestation contre le projet de Centre fermé pour étrangers à Jumet. Une délégation de la fédération de Charleroi du Parti Communiste de Belgique a rejoint la centaine de manifestants. Le Parti Communiste de Belgique continuera à s'opposer à tous les centres fermés, ces prisons qui enferment des gens dont le seul crime est de ne pas avoir les bons papiers, ces prisons qui cherchent à diviser les travailleurs.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Des organisations chiliennes, belges et latino-américaines appellent à la solidarité avec le peuple chilien / Chileense, Belgische en Latijns-Amerikaanse organisaties roepen op tot solidariteit met het Chileense volk

Des organisations chiliennes, belges et latino-américaines appellent à la solidarité avec le peuple chilien

Au Chili, les forces de l'ordre qui devraient protéger le peuple chilien, font le contraire en l’opprimant.
La repression a déjà atteint un point culminant.
Selon diverses organisations de défense des droits de l’Homme, on compte déjà des dizaines de morts, plus d'une centaine de disparus, et des milliers d’incarcérations et de cas de torture. L’Institut Chilien des Droits de l’Homme, une organisation pourtant de droit public, vient de dénoncer la présence d’un centre torture dans un tunnel du Métro. Et on ne compte plus les vidéos où l’on voit des militaires renverser des passants, maltraiter des journalistes et photographes, tabasser des enfants, des personnes âgées et des femmes. En plus de toutes les armes de repression utilisées par les forces de l'ordre (grenades lacrymogènes et des balles en caoutchouc tirées directement au corps des manifestants), des tirs à balles réelles ont aussi été dénoncés. De son côté, l’ordre des medecins dénonce plusieurs cas d’éclatement oculaire.

Depuis le 19 octobre, on dénombre des disparitions inquiétants des leaders des mouvements estudiantins, écologiques, pour la paix et pour la démocratie, violemment enlevés de leurs maisons.

La répression de l’époque de la dictature refait surface.

Le président Piñera a déclaré qu’il est en guerre. Contre qui ?... Contre le peuple chilien désarmé qui subit depuis des décennies les politiques d’un système néo-libéral extrême où non seulement les soins de santé, l’éducation mais aussi les retraite ont été privatisés, y compris l’accès à l’eau.
Nous demandons la démission de Piñera. Ses décisions vont à l’encontre de la paix qu’un chef d'Etat est censé maintenir. Elles sont aussi contraires au respect des droits de l’Homme que tout Etat doit garantir ; la confiance qu’une partie de la population avait encore en lui n'est plus.

Nous demandons également la fin de l’état d’urgence, véritable état de siège de facto, et illégal, selon les constitutionnalistes, de même que du couvre-feu, contraires à toute démocratie. Les militaires doivent retourner à leurs casernes et l’état de droit doit être restitué afin de créer les conditions nécessaires pour l’instauration d’un dialogue constructif et faisant écho aux demandes populaires qui émanent d’un mécontentement social généralisé après 30 ans de néolibéralisme pur et dur. Modèle économique et institutionnel légitimé par la Constitution rédigée à l'époque de la dictature et toujours en vigueur au Chili. C’est pourquoi, nous plaidons pour une nouvelle Constitution via la mise en place d’une Assemblée Constituante qui devrait ouvrir la voie aux transformations structurelles que le peuple demande.

Nous nous réjouissons de l’unification des mouvements sociaux et de la création de la plateforme d'«unité sociale» qui regroupe la plupart des organisations qui pendant des années ont manifestées en vain pour la gratuité de l'enseignement, les soins de santé et de l’accès à une pension digne. L'heure est venue, qu’ils soient entendus.

- Amigos de Cuba
- Arlac
- Benjamin Caro, escritor chileno
- Centre Culturel Chili
- Centre Salvador Allende
- Colectivo Asamblea Constituyente Chile en Bélgica
- Comabe
- Comité Surveillance OTAN
- Communauté chilienne de Liège
- Cubanismo
- Coordinadora Latinoamericana de Solidaridad en Bélgica
- Daniela Feijoo, escritora argentina
-,Feijoocaro art & culture
- Intal
- Jean Flinker - Attac Bruxelles 1
- Jorge Magasich - Historien
- Karina Francis- Conseiller COSOC pour Europe
- Maite Mola-Vicepresidenta Partido de Izquierda Europea
- Nathalie Coulon - Antropologue

- Parti du Travail de Belgique (PTB - PvdA)

- Parti Communiste de Belgique - Communistische Partij van België (PCB-PCB)
- Red Europea de Asociaciones chilenas por los Derechos Cívicos y Políticos
- Ronnie Ramirez - Cinéaste
- 2e et 3e Génération des exilés chiliens de Liège.
- Parti Socialiste de Lutte - Linkse Socialistische Partij
- Salvador Allende Komitee Antwerpen (SAK)

---------------------------------------------------------------------------------------

Chile en estado de emergencia.
Organizaciones chilenas, latinoamericanas y belgas llaman a la solidaridad con el pueblo chileno.

En Chile, la policía en vez de proteger al pueblo hace lo contrario.
La represión ha alcanzado un punto culminante. Según diferentes organizaciones de derechos humanos, se cuentan decenas de muertos, más de un centenar de desaparecidos y miles de encarcelamientos y casos de tortura. El Instituto Chileno de Derechos Humanos, organización de derecho público, viene de denunciar la presencia de un centro de tortura en un túnel del metro. Y son incontables los videos donde vemos a los militares atropellar a los transeúntes y maltratar a periodistas gráficos, golpear a niños, ancianos y mujeres, lanzar bombas lacrimógenas y balas de caucho directamente al cuerpo de los manifestantes. Tiros de balas reales han sido también denunciados. Por su lado, el colegio médico ha denunciado varios casos de estalllido ocular.

También recibimos mensajes inquietantes de que los militares ya han ido a buscar las cabezas visibles de los estudiantes, movimientos ecológicos por la paz o la democracia.
Desde el sábado 19, no se tiene noticias de personas secuestradas violentamente desde sus hogares.

La represión de la época de la dictadura resurgió.

Piñera dice que está en guerra. ¿Contra quién? Contra los chilenos desarmados que han estado sufriendo durante décadas las políticas de un sistema neoliberal salvaje donde se privatiza el acceso a la atención médica, la educación y la jubilación. Así como el acceso al agua entre otros.
Piñera debería renunciar. La confianza que una parte de la población todavía tenía en él se rompió en pedazos después de tomar decisiones que van en contra de la paz que se supone que él debiera salvaguardar y los derechos humanos que debiera respetar.

Pedimos el fin del estado de emergencia y el toque de queda. Se trata de un estado de sitio de hecho, ilegal según los constitucionalistas y contrarios a toda democracia. Los militares deben regresar a sus cuarteles y se debe restablecer el estado de derecho para crear las condiciones necesarias para el establecimiento de un diálogo constructivo favorable a las reivindicaciones del movimiento social.

Este despertar de Chile, tiene que ver con un descontento social generalizado y acumulado después de 30 años de neoliberalismo puro y duro. Modelo económico e institucional legitimado en la Constitución heredada de la dictadura y aún vigente en Chile. Por esta razón, apoyamos el reclamo de una nueva Constitución para Chile mediante la celebración de una Asamblea Constituyente.

Saludamos los pasos de unidad que han dado las organizaciones sociales y la mesa de "unidad social" que reagrupa la mayoría de las organizaciones que durante años manifestaron en vano y que hoy debieran ser escuchadas.

----------------------------------------------------------------------------------------

Chileense, Belgische en Latijns-Amerikaanse organisaties roepen op tot solidariteit met het Chileense volk...

In Chili doen de politiediensten die de Chileense bevolking zouden moeten beschermen het tegenovergestelde door hen te onderdrukken.
De repressie heeft al een hoogtepunt bereikt. Volgens verschillende mensenrechtenorganisaties zijn er al tientallen doden, meer dan honderd vermisten en duizenden aanhoudingen en martelingen. Het Chileense Instituut voor de Rechten van de Mens, een publiekrechtelijke organisatie, heeft zojuist de aanwezigheid van een martelcentrum in een metrotunnel ontdekt. Talloze video's tonen militairen die voorbijgangers omverrijden, journalisten mishandelen, kinderen, ouderen en vrouwen in elkaar slaan. Naast alle repressieve wapens die door de politie worden gebruikt, werd ook aangifte gedaan van levende munitie.

Er zijn ook verontrustende verdwijningen van leiders van studenten-, milieu-, vredes- en democratiebewegingen, die op zaterdag 19 oktober met geweld uit hun huizen werden ontvoerd.

De onderdrukking van de dictatuur herhaalt zich.

President Piñera heeft verklaard dat hij in oorlog is. Tegen wie? Tegen de ongewapende Chilenen, die al tientallen jaren lijden onder het beleid van een extreem neoliberaal systeem waarin niet alleen de gezondheidszorg, het onderwijs, maar ook de pensioenen en het water geprivatiseerd zijn.

We vragen om Piñera's ontslag. Zijn beslissingen staan haaks op de vrede die een staatshoofd geacht wordt te handhaven en zijn in strijd met de mensenrechten die elke staat moet respecteren; het vertrouwen dat een deel van de bevolking nog steeds in hem had, is er niet meer.

Wij eisen ook dat er een einde komt aan de noodtoestand, een echte belegeringstoestand, die volgens constitutionalisten illegaal is, en aan de avondklok, die in strijd is met elke democratie. De rechtsstaat moet worden hersteld om de noodzakelijke voorwaarden te scheppen voor een constructieve dialoog die beantwoordt aan de eisen van de bevolking, die voortkomen uit de wijdverbreide maatschappelijke onvrede na dertig jaar van puur en hard neoliberalisme. Een economisch en institutioneel model gelegitimeerd door de grondwet die tijdens de dictatuur is opgesteld en nog steeds van kracht is. Daarom pleiten wij voor een nieuwe Grondwet door de oprichting van een grondwetgevende vergadering die de weg moet vrijmaken voor de structurele veranderingen die de bevolking verlangt.

Wij verwelkomen de eenwording van sociale bewegingen en de oprichting van het Platform "Nationale Eenheid", waarin de meeste organisaties zijn verenigd die jarenlang tevergeefs hebben gedemonstreerd voor gratis onderwijs, gezondheidszorg en toegang tot een behoorlijk pensioen. Het is tijd dat ze gehoord worden.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Résolution de solidarité avec le peuple vénézuélien (RIPCO - IMCWP)

 

La 21e Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers, réunie à Izmir, Turquie, du 18 au 20 octobre, exprime sa ferme solidarité avec le peuple vénézuélien et le processus bolivarien, face aux agressions criminelles de l'impérialisme américain et ses alliés. Nous exigeons la levée immédiate des mesures coercitives unilatérales et extraterritoriales illégales imposées par le Gouvernement des États-Unis et la cessation de toute forme d'ingérence dans les affaires intérieures du pays bolivarien.

Les partis communistes et ouvriers du monde entier rejettent et condamnent les actions impérialistes visant à préparer les conditions d'une intervention militaire au Venezuela. En ce sens, nous mettons en garde contre le danger que représentent l'activation du Traité interaméricain d'assistance réciproque (TIAR) contre le Venezuela et les exercices militaires conjoints que le Commandement du Sud des États-Unis a menés avec les gouvernements latino-américains alliés dans leurs plans contre le Venezuela.

Enfin, nous condamnons les tentatives de coup d'État contre le gouvernement légitime du président Nicolás Maduro, et exprimons notre solidarité avec le Parti communiste du Venezuela (PCV) et les luttes des travailleurs et du mouvement populaire vénézuélien, contre l'agression impérialiste, pour la défense de la souveraineté et de l'autodétermination de leur pays et la conquête d'une solution révolutionnaire à la crise capitaliste.

 

Parti algérien pour la démocratie et le socialisme
Parti communiste argentin
Parti communiste d'Australie
Parti communiste d'Azerbaïdjan
Tribune démocratique progressiste de Bahreïn
Parti communiste du Bangladesh
Parti des travailleurs du Bangladesh
Parti communiste de Belgique
Parti du Travail de Belgique
Parti communiste du Brésil
Parti communiste brésilien
Parti communiste britannique
Parti communiste du Canada
Parti socialiste ouvrier croate
Parti communiste de Cuba
Parti progressiste des travailleurs (AKEL), Chypre
Parti communiste de Bohême et de Moravie (République tchèque)
Parti communiste au Danemark
Parti communiste du Danemark
Parti communiste du Salvador
Parti communiste de Finlande
Parti communiste de Macédoine
Parti communiste unifié de Géorgie
Parti communiste allemand
Parti communiste de Grèce
Parti des travailleurs hongrois
Parti communiste de l'Inde
Parti communiste de l'Inde (marxiste)
Parti Tudeh d'Iran
Parti communiste irakien
Parti communiste du Kurdistan-Iraq
Parti des travailleurs irlandais
Parti communiste d'Israël
Parti communiste italien
Parti communiste italien
Parti communiste jordanien
Parti du Travail de Corée
Parti révolutionnaire du peuple du Laos
Parti socialiste de Lettonie
Parti communiste libanais
Parti socialiste de Lituanie
Parti communiste luxembourgeois
Parti communiste du Mexique
Parti communiste népalais
Nouveau Parti communiste des Pays-Bas
Parti communiste de Norvège
Parti communiste du Pakistan
Parti du peuple palestinien
Parti communiste de Palestine
Parti communiste paraguayen
Parti communiste de Pologne
Parti communiste portugais
Parti communiste des travailleurs de Russie
Parti communiste de la Fédération de Russie
Parti communiste de l'Union soviétique
Nouveau Parti communiste de Yougoslavie
Parti communiste de Serbie
Parti communiste sud-africain
Parti communiste de Catalogne
Parti communiste d'Espagne
Parti communiste des peuples d'Espagne
Parti communiste des travailleurs d'Espagne
Parti communiste du Sri Lanka
Parti communiste de Suède
Parti communiste unifié de Syrie
Parti communiste de Turquie
Parti communiste d'Ukraine
Union des communistes d'Ukraine
Parti communiste de l'Uruguay
Parti communiste des États-Unis
Parti communiste du Venezuela
Parti communiste du Vietnam


https://prensapcv.wordpress.com/2019/10/21/comunistas-del-mundo-condenan-acciones-imperialistas-contra-venezuela/

Lire la suite

ImprimerE-mail

Solidarité avec le peuple chilien en lutte

Rassemblement ce lundi 21 octobre place du marché à Liège à l'appel des camarades chiliens en soutien à la lutte du peuple chilien contre les inégalités sociales, contre l´État d'urgence et le couvre-feu imposés par le gouvernement Piñera, pour une assemblée constituante pour remplacer la Constitution issue du régime fasciste de Pinochet. Les Chiliens ne veulent pas revivre le passé!

Une délégation du Parti Communiste de Belgique était présente en solidarité

.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Fête de Liberté Hebdo 2019

Depuis plusieurs années, nous avons développé de fortes relations avec la section de Roubaix du Parti Communiste français qui nous invite de manière fraternelle à sa traditionnelle fête de l'hebdomadaire "Liberté Hebdo". Cette année, c'est une délégation de la Fédération de Charleroi du PCB qui s'est rendue dans la salle Richard Lejeune pour présenter notre parti, le texte de son congrès et son organe, le Drapeau Rouge. Ce genre de rencontre internationale, pour échanger, discuter d'actions communes, est devenu encore davantage une nécessité depuis le vote infâme du parlement européen qui assimile fascisme et communisme.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Contribution du PCB-CPB à la 21e RIPCO (IMCWP) à Izmir

 

Contribution du Parti Communiste de Belgique (PCB-CPB) à la 21e RIPCO – 18-20 octobre 2019 – Izmir

 « 100e Anniversaire de la fondation de l’Internationale Communiste – la lutte pour la paix et le socialisme continue »

 Chères et chers camarades,

 Nous voulons tout d’abord, au nom du Parti Communiste de Belgique, saluer nos hôtes, le Parti Communiste de Turquie, pour son accueil fraternel, dans une situation politique tendue qui rend encore davantage nécessaire l’organisation d’une telle conférence mondiale des Partis Communistes et Ouvriers avec pour thème « la lutte pour la paix et le socialisme continue ».

Le caractère indissociable de la lutte pour la paix et le socialisme est un point que nous avons réaffirmé lors de notre 36e Congrès commencé le 30 juin 2018 et terminé le 16 avril 2019. Notre Congrès est le fruit d’un long cheminement de reconstruction du Parti Communiste de Belgique après des années de tentatives de liquidation et une ligne « eurocommuniste » et réformiste, avec l’appartenance au Parti de la Gauche Européenne que nous avons quitté.

Nous estimons que la question européenne est actuellement centrale. L’UE est présentée de manière mensongère comme vecteur de paix, de stabilité et de progrès. Les communistes doivent se rappeler le rôle criminel de l’UE en Yougoslavie il y a 20 ans. Aujourd’hui, le caractère impérialiste de l’UE n’a pas changé et nous continuons à nous opposer à la création d’une Armée européenne qui a été précédée par l’activation de la Coopération structurée permanente (PESCO) en 2017 et la création d’un Fonds européen de la défense, doté de plusieurs milliards d’euros et créé la même année. Cette prétendue « Europe de la Défense » a pour but de mieux défendre ses multinationales et les intérêts néocoloniaux de pays de l’UE et ne servira qu’à exporter guerre et misère. Il est clair qu’un impérialisme estampillé UE n’est en rien préférable à un impérialisme estampillé US. Certains ont prétendu tenir un discours antiimpérialiste en rejetant l’achat d’avions de guerre étasunien au profit de matériel français ou suédois. Nous affirmons que n’avons pas à choisir entre deux impérialismes et nous opposons à tout achat de matériel

De ses origines à aujourd’hui, l’Union européenne a affiché une implacable cohérence dans sa défense du système capitaliste, au travers de ses institutions et de leurs choix économiques, politiques et culturels. Elle est en effet depuis sa création une alliance impérialiste interétatique qui exprime et sert les intérêts des groupes monopolistes contre la classe ouvrière, les petits agriculteurs et d'autres couches populaires. Dans certaines régions du pays, il y a près de 30% de chômage et 37% de gens vivant sous le seuil de pauvreté.

Ces politiques antipopulaires et antiouvrières ont été renforcées par l’adoption en 2012 du TSCG qui est avant tout est un instrument de contrôle des budgets nationaux par la Commission européenne qui peut exercer sur ceux-ci un droit de veto quant à leur approbation. C’est un levier politique pour couper dans les dépenses sociales et installer durablement des politiques d’austérité. Celles-ci sont le terreau du fascisme qui renaît partout avec le soutien du grand capital. 

L’Union Européenne tente vainement de faire croire qu’elle combat le fascisme alors que celui-ci est l’émanation du système capitaliste. La dernière résolution du Parlement Européen adoptée le 19 septembre sur L'importance de la mémoire européenne pour le futur de l’Europe qui assimile fascisme et communisme, attaque principalement le communisme pour mieux disculper le fascisme. Ce vote est une véritable insulte à la résistance et à la contribution décisive de l’Union soviétique pendant la seconde guerre contre la barbarie nazie.

Cette résolution révisionniste démontre clairement que l’idéologie officielle de l’Union Européenne est l’anticommunisme parce le capitalisme en crise cherche à gommer la seule alternative au marché qu’est le socialisme/communisme. Ce vote a montré la nécessaire unité du mouvement communiste et le nécessaire Internationalisme prolétarien tel qu’il a pu s’exprimer lors de la manifestation de ce mercredi 16 octobre sur la place du Luxembourg à Bruxelles, devant le parlement européen.

Les procès et la répression que subissent nos camarades, entre autres de Pologne, ne sont pas sans rappeler le procès pour « complot contre l’État » qu’ont subi les fondateurs du Parti Communiste de Belgique dès 1923. Parmi les accusés, Joseph Jacquemotte, un des fondateurs du Parti.

Ce vote a également clairement montré que les sociaux-démocrates n’ont pas changé leur nature de classe, d’être du côté du capital et des monopoles. C’est ce qu’avait compris Joseph Jacquemotte : on ne peut transformer de l’intérieur un parti social-démocrate en un parti révolutionnaire. Par conséquent son groupe d’opposition de gauche au sein du P.O.B., « les amis de l’Exploité », à l’appel de l’Internationale Communiste, fusionna le 4 septembre 1921 avec le petit parti communiste de War van Overstraeten. De cette fusion naquit le Parti Communiste de Belgique. Cent ans après la fondation de l’Internationale Communiste, cette date résonne pour les communistes de Belgique. Si la ligne des fronts populaires a permis de conquérir des droits pour la classe ouvrière et a permis à l’Union soviétique de gagner du temps pour se préparer, aujourd’hui, le vote des sociaux-démocrates montrent qu’il ne peut plus y avoir que la ligne classe contre classe.

Cela passe par le renforcement d'un syndicat de classe et de masse. C'est sur cette base que nous travaillons à l'intérieur de la FGTB, organisation issue de la fusion au sortir de la seconde guerre des syndicats socialistes et communistes, pour son affiliation à la Fédération Syndicale Mondiale. Nous luttons également pour le retrait de la FGTB de la CES, outil de collaboration de classe avec l'Union Européenne et le capital.

La question européenne est donc bien centrale. Cependant si cette construction impérialiste est irréformable, nous ne partageons pas davantage l'illusion que le retrait de l'UE et/ou de l'OTAN pour un retour à l'État national bourgeois, à lui seul, pourrait être un pas, un tremplin ou une étape des changements et ruptures radicaux. Pour cela, il faut relier l'exigence de retrait nécessaire de l'UE/Euro/OTAN à la lutte pour le socialisme.

C’est sur ces positions que nous avons mené campagne lors des dernières élections fédérale, régionale et européenne du mois de mai 2019, que ce soit sur des listes propres ou en présentant des candidats sur les listes du PTB. Sur notre programme, nos candidats ont recueilli plus de 10000 suffrages, uniquement dans le sud du pays. Nous reconstruisons le parti dans le nord du pays après la décision de notre 36e congrès de redevenir un parti national.

Le texte de notre Congrès doit servir à nous renforcer idéologiquement pour renforcer le parti et la conscience de classe. Nous nous attelons à la construction d’un front antifasciste, anticapitaliste, antiimpérialiste pour le socialisme et la paix.

Nous nous opposons ainsi à l’envoi de soldats belges à l’étranger comme nous exigeons le retrait des forces belges en soutien à l’impérialisme français au Mali ou en soutien à l’OTAN en Afghanistan. Nous exigeons la fermeture de la base nucléaire de Kleine Brogel (où les USA stockent des bombes nucléaires) et le retrait de la Belgique de l’OTAN.

Nous condamnons l’agression de la Turquie et de l’OTAN contre la Syrie et exprimons notre solidarité avec les peuples de Syrie et de Turquie. Une rencontre comme celle de cette fin de semaine à Izmir doit montrer au reste du monde l’unité du mouvement communiste international.

Vive l’Internationalisme prolétarien, Vive le marxisme-léninisme.

Lire la suite

ImprimerE-mail