Réintégration immédiate de notre camarade Laurent! / Onmiddellijke reïntegratie van onze kameraad Laurent!

Le délégué syndical Laurent Vanhealen a été licencié par son entreprise ECONOCOM pour son travail syndical « dépassant les limites » selon sa direction. Il y a peu le délégué Ismahen de l’entreprise ALTRAN a déjà été licencié. Début juin déjà un autre délégué, Eddy, a été licencié chez KONE (ascenseurs) à Woluwe-Saint-Lambert. La liste est longue, tous les mois on apprend un cas. Le Parti Communiste de Belgique dénonce la campagne prévisionnelle de licenciements de délégués avant la procédure électorale pour les élections sociales qui débute en décembre 2019. Ça coûte moins cher au patron de licencier en fin de législature ou avant qu’un nouveau ne soit « protégé » par la procédure électorale. Ceci est à remettre dans le contexte des futures et inévitables luttes contre les mesures d’austérité que le(s) gouvernement(s) va(vont) imposer aux travailleurs et allocataires sociaux ! Les licenciements de délégués est aussi un signal clair : ne vous présentez pas aux élections sociales, sinon vous risquez d’avoir des ennuis. Le patronat veut éliminer les délégués et les candidats délégués gêneurs. 

Récemment le permanent syndical Bruno Verlaeckt a été condamné le mercredi 26 juin par la Cour d’appel d’Anvers pour « entrave méchante à la circulation » en sa qualité d’organisateur de l’action syndicale. La Cour a jugé que ce qui s’applique aux crimes terroristes s’applique aussi à l’article 406 du Code pénal invoqué pour cette condamnation.

Depuis plusieurs années la lutte de classe prend de l'ampleur et cela ne fera que s'intensifier. La réponse du patronat et de son allié, le gouvernement, sera la répression! Les travailleurs ont tout intérêt à s’unir le plus possible, en front commun et de mener des luttes dures pour faire reculer la bourgeoisie et remettre en cause les traités d'austérité de la droite et de l’Europe. Pour imposer cela, la grève générale est l'arme indispensable, la seule capable de faire plier les patrons. Le Parti Comuniste de Belgique soutient la lutte des travailleurs. Contre le système capitaliste, il est nécessaire d'organiser la lutte pour le socialisme et le contrôle des outils de production et des grands secteurs de l'économie par les travailleurs.

Le PCB exige la réintégration immédiate de notre camarade Laurent !

 

Bruxelles, le 29 juillet 2019

 

Le Bureau Politique du Parti Communiste de Belgique


 

De vakbondsafgevaardigde Laurent Vanhaelen is afgedankt door zijn bedrijf ECONOCOM omdat zijn vakbondswerk “bepaalde grenzen had overschreden” volgens de directie. Onlangs werd nog vakbondsafgevaardigde Ismahen van het bedrijf ALTRAN afgedankt. Begin juni was er reeds een andere vakbondsafgevaardigde, Eddy, afgedankt bij KONE (liften) in Sint-Lambert-Woluwe. De lijst is lang, iedere maand is het wel ergens het geval. De Communistische Partij van België hekelt de geplande campagne van afvloeiingen van afgevaardigden vóór de verkiezingsprocedure voor de sociale verkiezingen die in december 2019 begint. Het kost de baas minder om te ontslaan aan het einde van de zittingsperiode of voordat een nieuwe wordt "beschermd" door de kiesprocedure. Dit moet worden geplaatst in de context van de toekomstige en onvermijdelijke strijd tegen bezuinigingsmaatregelen die de overheid zal opleggen aan werknemers en ontvangers van sociale uitkeringen! Ontslag van afgevaardigden is ook een duidelijk signaal: dient u niet aan voor de sociale verkiezingen, anders zit u misschien in de problemen. De werkgevers willen afgevaardigden en lastige kandidaat-afgevaardigden elimineren.

 

Onlangs werd de vakbondsambtenaar Bruno Verlaeckt op woensdag 26 juni veroordeeld door het Hof van Beroep te Antwerpen wegens "kwaadwillige verkeersopstopping" in zijn hoedanigheid van organisator van de vakbondsactie. Het Hof oordeelde dat wat van toepassing is op terroristische misdrijven ook van toepassing is op artikel 406 van het Strafwetboek dat voor deze veroordeling wordt ingeroepen. 

 

Sinds enkele jaren wint de klassenstrijd aan kracht en dit zal alleen maar toenemen. De reactie van de werkgevers en haar bondgenoot, de regering, zal repressie zijn! Het is in het belang van de arbeiders om zich zoveel mogelijk te verenigen, als een gemeenschappelijk front, en om harde strijd te leveren om de bourgeoisie terug te dringen en de bezuinigingsverdragen van rechts en van Europa te bestrijden. Om dit af te dwingen is de algemene staking het onmisbare wapen, het enige wapen dat de bazen kan buigen. De Communistische Partij van België steunt de strijd van de arbeiders. Tegenover het kapitalistische systeem is het noodzakelijk om de strijd voor het socialisme en de controle van de productiemiddelen en de belangrijkste sectoren van de economie door de arbeiders te organiseren.

 

De CPB-PCB eist de onmiddellijke reïntegratie van onze kameraad Laurent!

 

Brussel, 29 juli 2019

 

Het politiek bureau van de CPB-PCB

 

 

Lire la suite

ImprimerE-mail

Message de soutien au Parti Communiste Japonais

20th July
Dear comrades,
 
The Communist Party of Belgium expresses its solidarity with the Japanese Communist Party in view of the elections for the Chamber of Councillors on 21 July.
 
We follow your continued struggle for peace in Asia and your constant opposition to Japanese militarism and the development of North American imperialism in the region. While we have just received official confirmation after 40 years that the United States has nuclear bombs on Belgian territory, in the name of participation in the criminal organisation NATO, we can only welcome your fight against US bases on Japanese territory and your opposition to nuclear development. We follow with interest your campaign under the sign of hope, for the improvement of conditions for workers in Japan, an increase in wages, a pension, a reduction in working time... and against the antipopular and anti-worker policies of the governments of Shinzo Abe who has supported the concentration of monopolies and an imperialist policy, particularly since the signing and entry into force in February 2019 of the JEFTA (Free Trade Agreement with the European Union), which we are continuing to fight together.
 
Receive, dear comrades, best wishes of the PCB-CPB for success in this electoral battle.
 
René Andersen, Responsible for international relations of the PCB-CPB

Le Parti Communiste de Belgique exprime sa solidarité avec le Parti Communiste japonais en vue des élections pour la chambre des conseillers du 21 juillet.

 

Nous suivons votre lutte continue pour la défense de la paix en Asie et votre opposition constante au militarisme japonais et au développement de l’impérialisme nord-américain dans la région. Alors que nous venons d’avoir la confirmation officielle après 40 ans que les États-Unis disposent de bombes nucléaires sur le territoire belge, au nom de la participation à l’organisation criminelle qu’est l’OTAN, nous ne pouvons que saluer votre combat contre les bases US sur le territoire japonais ainsi que votre opposition au développement du nucléaire. Nous suivons avec intérêt votre campagne sous le signe de l’espoir, pour l’amélioration des conditions des travailleurs du Japon, augmentation des salaires, pension, réduction du temps de travail…  et contre les politiques antipopulaires et antiouvrières des gouvernements de Shinzo Abe qui a soutenu la concentration des monopoles et une politique impérialiste, notamment depuis la signature et l’entrée en vigueur en février 2019 du JEFTA (traité de libre-échange avec l’Union Européenne, que nous continuons de combattre ensemble.

 

Recevez chers camarades, les vœux de succès du PCB pour cette bataille électorale.
 
René Andersen, responsable des relations internationales du PCB

Lire la suite

ImprimerE-mail

Mobiliser pour repousser l’accord de libre-échange entre l’UE et le Mercosur / mobiliseren om de vrijhandelsovereenkomst tussen de EU en Mercosur te verwerpen

Communiqué commun du Parti communiste de Belgique et des section du Parti communiste français de Saint-Quentin, Gauchy et Val d'Origny suite à leurs actions parallèles contre la « libéralisation » du marché européen du sucre. 11 juillet 2019.

 

 

Un grand accord de libre-échange entre des pays de la zone Mercosur (Brésil, Uruguay, Paraguay et Argentine) et l’Union européenne vient d’être signé fin juin. Il devra être ratifié dans chaque pays de l’UE dans les mois à venir. En Belgique, comme en France, nous ferons tout pour nous y opposer.

L’accord n’est en rien une bonne nouvelle pour la classe ouvrière, les travailleurs agricoles et les paysans des deux côtés de l’Atlantique. "Cet accord est un non-sens social, énergétique, écologique". Cette mauvaise nouvelle doit pousser au renforcement de l’internationalisme prolétarien, ce qui nécessite l’organisation de notre classe et en aucun cas la défense des «règles européennes» qui servent le grand capital européen et ses visées impérialistes.

Cet accord est bien dans la lignée de la création du marché européen qui a contribué à la concentration des terres dans les mains de latifundiaires (grands propriétaires) et/ou de spéculateurs, au renforcement d’une agriculture intensive et a soutenu la création de monopoles de l’agro-business et de l’agroalimentaire. Les pays du Mercosur pourront exporter en Europe jusqu’à 99.000 tonnes de viande bovine, 100.000 tonnes de volaille et 180.000 tonnes de sucre par an sans droit de douane. Selon les fermiers, les contingents de viande qui seraient octroyés au Brésil, à l’Argentine, au Paraguay et à l’Uruguay seraient essentiellement des pièces à haute valeur ajoutée telles que les entrecôtes et les contrefilets. C’est clairement une mise à mort programmée du secteur du bétail en Europe. Cela en échange de l’ouverture du marché du Mercosur aux voitures, aux produits chimiques et aux médicaments. Bref un accord quasi au bénéfice des impérialistes, en particulier allemands et français.

Cet accord complète et aggrave la libéralisation des marchés agricoles européens, notamment du sucre, après la fin des quotas de production par pays depuis le 1er octobre 2017. La menace est directe sur l’avenir même de la filière betteravière, notamment en Belgique et dans le Nord de la France, soumise à la concurrence de la production et de la transformation à très bas coûts, notamment au Brésil, à la spéculation sur les cours mondiaux. Des travailleurs ont déjà perdu ou vont perdre leur emploi, notamment dans la multinationale Tereos à Aalst/Alost ou dans la région de Saint-Quentin, alors que Tereos, qui investit massivement au Brésil, a vu ses bénéfices augmenter de 213 millions d’euros entre 2007 et 2017. 600 travailleurs sont employés par les Raffineries Tirlemontoises, propriété de la multinationale Süzucker qui est en train de fermer cinq usines de production de sucre en Allemagne et en France, dont celle d’Eppeville en Picardie. La multinationale refuse de revendre les sites car elle veut réduire l’offre pour maintenir ses bénéfices. Implanté au Congo, en Australie, aux Pays-Bas, le groupe multinational Finasucre, dont la filiale belge Iscal Sucre SA (215 travailleurs et 2664 fermiers) a réalisé 12 millions d’euros de bénéfices après impôt en 2018, a également des intérêts dans la production de sucre à l’étranger. 

La création de cette grande zone de libre-échange ne vise aucun cas un meilleur approvisionnement mais vise à la concentration des monopoles qui attaqueront les conditions de travail, liquideront l’emploi et abaisseront les normes d’hygiène et de sécurité ainsi qu’ils participent activement à la destruction de notre environnement.

Le comble est prévisible : les groupes capitalistes européens importeront de leurs unités de production au Brésil du sucre pour concurrencer leurs sites européens et accélérer leur fermeture ! Dans cet immense Brésil, l’autosuffisance alimentaire et l’éradication de la malnutrition sont pourtant loin d’être encore gagnées !

Pour répondre à ce rouleau compresseur du capital, il est nécessaire d’intensifier la lutte contre l’Union européenne, de renforcer nos liens fraternels, solidaires, avec les travailleurs de tous les pays d’Amérique latine et d’Europe en lutte, mais surtout d’amplifier le travail d’unification des travailleurs agricoles avec la classe ouvrière.

Nous engageons, dès à présent, des campagnes contre la ratification en Belgique et en France, de l’accord UE-Mercosur. Nous refusons de rentrer dans les divergences affichées, provisoires, entre les représentants de telle ou telle branche capitaliste, dans le débat entre les stratégies libre-échangistes ou protectionnistes, qui se concurrencent, se complètent et se succèdent dans l’intérêt toujours des capitalistes. Notre seule référence est la réponse aux besoins des peuples par les peuples et les coopérations mutuellement avantageuses entre eux.

Cette union des prolétaires de tous les pays est nécessaire afin de renverser le système capitaliste pour préparer l’avènement du socialisme, seul à même de répondre aux besoins des travailleurs et d’imposer le remplacement des traités de libre-échange par des accords de coopération fraternels entre les peuples.

 

11 juillet 2019


Gezamenlijk medeling van de Communistische Partij van België en de afdelingen van de Franse Communistische Partij van Saint-Quentin, Gauchy en Val d'Origny naar aanleiding van hun parallelle acties tegen de "liberalisering" van de Europese suikermarkt. 11 juli 2019.

Eind juni werd een belangrijke vrijhandelsovereenkomst tussen de Mercosur-landen (Brazilië, Uruguay, Paraguay en Argentinië) en de Europese Unie ondertekend. Het zal de komende maanden in elk EU-land moeten worden geratificeerd. In België, net als in Frankrijk, zullen we er alles aan doen om ons daartegen te verzetten.

De overeenkomst is geen goed nieuws voor de arbeidersklasse, voor de werknemers in de landbouw en voor de boeren aan beide zijden van de Atlantische Oceaan. "Deze overeenkomst is onzin, zowel op sociaal vlak, als op energetisch en ecologisch vlak." Dit slechte nieuws moet aanzetten tot de versterking van het proletarische internationalisme, hetgeen de organisatie van onze klasse vereist maar in geen geval tot verdediging van de "Europese regels" die slechts het Europese grootkapitaal en zijn imperialistische doelstellingen dienen.
Deze overeenkomst licht volledig in de lijn van de vorming van de Europese markt, die dan weer heeft bijgedragen tot de concentratie van grond in de handen van grondeigenaren en/of speculanten, tot de versterking van de intensieve landbouw en de vorming van monopolies in de agro-industrie en de agrovoedingssector. De Mercosur-landen zullen tot 99.000 ton rundvlees, 100.000 ton pluimvee en 180.000 ton suiker per jaar, zonder douanerechten, naar Europa kunnen exporteren. Volgens de boeren zouden de vleesquota die aan Brazilië, Argentinië, Paraguay en Uruguay zouden worden toegewezen, hoofdzakelijk bestaan uit delen met een hoge toegevoegde waarde, zoals ribbiefstuk en rundvlees filets. Dit is duidelijk een geplande moord op de veehouderijsector in Europa. Dit in ruil voor de openstelling van de Mercosur-markt voor auto's, chemicaliën en geneesmiddelen. Kortom, een akkoord dat bijna in het voordeel is van de imperialisten, met name het Duitsers en Franse grootkapitaal.

Deze overeenkomst maakt de liberalisering van de Europese landbouwmarkten compleet en verergert ze, met name de suikermarkt, na de opheffing van de productiequota per land op 1 oktober 2017. De bietensector wordt rechtstreeks bedreigd, met name in België en Noord-Frankrijk, die te kampen heeft met concurrentie van zeer goedkope productie en verwerking, vooral in Brazilië, en met speculatie over de wereldmarktprijzen. Werknemers zijn hun job reeds kwijt of zullen hun job verliezen, vooral in de multinational Tereos in Aalst/Alost of in de regio Saint-Quentin, terwijl Tereos, dat veel in Brazilië investeert, zijn winst tussen 2007 en 2017 met 213 miljoen euro zag stijgen. 600 werknemers zijn in dienst bij de Tiense Suiker-Raffinaderijen, die eigendom zijn van de multinational Süzucker, die bezig is met de sluiting van vijf suikerfabrieken in Duitsland en Frankrijk, waaronder die in Eppeville, Picardië. De multinational weigert de sites door te verkopen omdat hij het aanbod wil verminderen om zijn winst op peil te houden. De multinationale groep Finasucre, gevestigd in Congo, Australië en Nederland, waarvan de Belgische dochteronderneming Iscal Sucre SA (215 werknemers en 2664 boeren) in 2018 12 miljoen euro winst na belastingen behaalde, heeft ook belangen in de suikerproductie in het buitenland. 


De oprichting van deze grote vrijhandelszone is niet bedoeld om het aanbod onder alle omstandigheden te verbeteren, maar om de monopolies te concentreren die de arbeidsomstandigheden zullen aantasten, de werkgelegenheid zullen liquideren en de gezondheids- en veiligheidsnormen zullen verlagen, en actief zullen bijdragen aan de vernietiging van ons milieu.

Het ergste is voorspelbaar: Europese kapitalistische groepen zullen suiker importeren van hun productie-eenheden in Brazilië om te concurreren met hun Europese vestigingen en hun sluiting te versnellen! In dit immense Brazilië is de zelfvoorziening op voedselgebied en de uitroeiing van ondervoeding echter nog lang niet bereikt!

Om een antwoord te geven op deze stoomwals van het kapitaal is het noodzakelijk de strijd tegen de Europese Unie op te voeren, onze broederlijke en ondersteunende banden met de werknemers van alle landen van Latijns-Amerika en Europa die het moeilijk hebben, te versterken, maar bovenal het werk van de eenmaking van de arbeiders in de landbouw met de arbeidersklasse te versterken.

We starten nu campagnes tegen de ratificatie in België en Frankrijk van de overeenkomst tussen de EU en de Mercosur. Wij weigeren ons te mengen in de bestaand, voorlopige meningsverschillen tussen de vertegenwoordigers van de een of andere kapitalistische tak, in het debat tussen vrijhandel of protectionistische strategieën, die elkaar beconcurreren, aanvullen en opvolgen in het belang van de kapitalisten. Onze enige referentie is het antwoord op de behoeften van de volkeren door de volkeren en de samenwerking tussen de volkeren, die tot wederzijds voordeel strekt.

Deze eenheid van proletariërs uit alle landen is noodzakelijk om het kapitalistische systeem omver te werpen en zo de uitbouw en opbouw van het socialisme voor te bereiden, dat als enige in staat is om in de behoeften van de werkers te voorzien en de vervanging van vrijhandelsovereenkomsten door broederlijke samenwerkingsovereenkomsten tussen volkeren op te leggen.

11 juli 2019

Lire la suite

ImprimerE-mail

Message du PCB au KKE en vue des élections législatives anticipées du 7 juillet en Grèce / CPB-bericht aan KKE voor de vervroegde parlementsverkiezingen

Chers camarades,

Le Parti Communiste de Belgique exprime sa solidarité avec le KKE pour la bataille des élections anticipées du 7 juillet 2019.

L’engagement du KKE auprès de la classe ouvrière, des travailleurs, des retraités et de la jeunesse populaire pour le renforcement des luttes contre les politiques antipopulaires et antiouvrières est constant et continuera nécessairement. En effet, quel que soit le gouvernement qui succèdera au gouvernement Syriza-Anel, il poursuivra la destruction des droits des travailleurs, continuera à servir les intérêts des monopoles. Face à la recomposition en cours des forces bourgeoises et en particulier de la social-démocratie (Syriza, Kinal) après les élections européennes, le vote pour le KKE est un vote clair contre l’illusion réformiste, un vote clair de la nécessité d’organiser et poursuivre la lutte au-delà des élections contre le système capitaliste, pour le socialisme.

Recevez, chers camarades, les vœux fraternels de succès du PCB pour cette bataille électorale.
Bruxelles, le 4 juillet 2019


Beste kameraden,

De Communistische Partij van België betuigt haar solidariteit met de KKE voor de strijd in de vervroegde verkiezingen van 7 juli 2019.

KKE's toewijding aan de arbeidersklasse, werknemers, gepensioneerden en de jeugd van de mensen om de strijd tegen anti-volkse en anti-arbeid beleid te versterken is constant en zal doorgaan. Inderdaad, welke regering de Syriza-Anel-regering ook volgt, zij zal doorgaan met de vernietiging van de rechten van werknemers, de belangen van monopolies blijven dienen. Geconfronteerd met de aanhoudende reorganisatie van de burgerlijke krachten en in het bijzonder van de sociaaldemocratie (Syriza, Kinal) na de Europese verkiezingen, is de stem voor de KKE een duidelijke stem tegen de reformistische illusie, een duidelijke stem tegen de noodzaak van organiseren en voortzetten van de strijd voorbij verkiezingen tegen het kapitalistische systeem, voor het socialisme.

Ontvang, geachte kameraden, de broederlijke wensen van het succes van de PCB voor deze verkiezingsstrijd.
Brussel, 4 juli 2019

Lire la suite

ImprimerE-mail

Congo : 59 ans d’indépendance et toujours en lutte contre le colonialisme et l’impérialisme

À l’occasion du 59e anniversaire de la conquête de l’indépendance du Congo, la Jeunesse communiste de Belgique reproduit des documents d’archives de textes parus dans le journal des étudiants communistes de l’ULB, « En avant » entre 1959 et 1960.

              « c’est pourquoi nous crions vivement avec tous les délégués :

 

À BAS LE COLONIALISME ET L’IMPÉRIALISME

                         À BAS LE RACISME ET LE TRIBALISME

                                                                            ET

                                                                                              VIVE L’AFRIQUE INDÉPENDANTE

                                                                                              VIVE LA NATION CONGOLAISE

                                                                                               Accra, le 11 décembre 1958 »

 

Un peu plus d’un an plus tard, intervention d’Antoine Ngavulu du Parti peuple congolais au 13e congrès du PCB, paru dans l’édition spéciale du 1er mai 1960 d’En Avant.

« Chers camarades,

C’est avec joie que je vous apporte le salut fraternel des camarades du Parti du Peuple du Congo.

Comme vous les savez, le Congo va accéder à son indépendance le 30 juin prochain. Pour nous, Parti du Peuple, qui voulons instaurer dans notre pays un régime socialiste, cette indépendance politique n suffit pas. Jamais nous ne l’avions considérée comme une fin. La libération politique, phase pourtant nécessaire et inévitable dans un pays colonisé ne doit rester qu’un moyen qui permettra de nous libérer économiquement. Ce n’est qu’alors que nous pourrons prétendre à une vraie indépendance.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Festival der Jugend : Contribution au débat sur la lutte environnementale

"Pendant plusieurs semaines, l’actualité politique en Belgique a été marquée par la question écologique. Des milliers de jeunes ont manifesté chaque jeudi pour le « climat » à la suite de l’appel à la grève de Greta Thunberg. C'est l'expression sur le terrain d'une grande prise de conscience des dangers qu'encourent la planète.

Les Jeunes Communistes de Belgique ont suivi avec attention et parfois participé à ce mouvement social multiforme. La responsabilité des multinationales dans l’émission de CO2 a été pointée par de nombreux jeunes et organisations politiques mais cela n’a pas encore conduit à la remise en cause du système de production qui épuise la nature.

La bourgeoisie continue d’imposer un discours de culpabilisation (arrêt de l’utilisation des téléphones) et de responsabilisation individuelle (revendication d’une taxe carbone pour les véhicules) qui a circulé, traversé et même été repris par une partie du mouvement. Elle a également encouragé et récupéré pour partie ces grèves, en donnant congé aux élèves, détournant le principe même de la grève pour protéger ses intérêts. Des programmes de sensibilisation ont été mis en place dans les écoles évacuant la question centrale du mode de production capitaliste.

Les jeunes communistes de Belgique y sont évidemment opposés, car en ne mettant en avant que de manière superficielle la question climatique (qui devrait davantage être écologique) et en évitant la question sociale (alors que les deux sont intrinsèquement liées), cela a contribué à écarter la jeunesse populaire du mouvement de manifestations devenu interclassiste.

Les jeunes communistes de Belgique considèrent qu’il est indispensable de prendre en compte les intérêts et besoins de la jeunesse populaire qui subit ainsi une nouvelle forme de la lutte des classes entre ceux qui ont les moyens de modifier leur consommation individuelle et se donnent bonne conscience et ceux qui doivent se serrer la ceinture au quotidien. C’est le rôle de la JC de conscientiser la jeunesse contre cette société de consommation et le marché et de donner une orientation anticapitaliste au mouvement écologique. Celle-ci ne passera pas par les thinks tanks, groupes de réflexion, libéraux lancés par la leader du mouvement en Belgique Anuna de Wever, qui souhaite influer sur les partis bourgeois desquels nous n’avons rien à attendre si ce n’est qu’ils continuent leur politique néfaste pour la jeunesse et la planète.

Alors que le mouvement s’est éteint parce que sa stratégie accordait trop d’importance aux élections, nous estimons ainsi qu'il est nécessaire de nous unir dans les luttes et de porter dans les prochaines manifestations la revendication de la gratuité et du monopole des transports publics dont dépendent au quotidien de nombreux élèves et travailleurs et d’élargir les revendications à la conquête de droits dont l’école vraiment gratuite, le rétablissement des allocations d'insertion…

Mais il est clair que pour mettre fin à l’épuisement de la nature et à l’exploitation de l’Homme par l’Homme, il faudra nécessairement changer de système. Cela ne pourra se faire que par une planification économique et écologique par les travailleurs qui réponde aux questions de comment produire et pour qui produire, qui réponde à nos besoins, c’est-à-dire le socialisme."

[NL / DE] 

Lire la suite

ImprimerE-mail

Solidarité avec le KPP / solidariteit met de KPP

Le Parti Communiste de Belgique a mené une action devant l'Ambassade de Pologne à Bruxelles ce lundi 24 juin en solidarité avec le Parti Communiste de Pologne (Komunistyczna Partia Polski) menacé d'interdiction après la modification de la Constitution qui assimile nazisme et communisme. Nous avons notamment lu le communiqué des Partis Communistes et Ouvriers (cf.http://particommuniste.be/index.php/international/28-partis-communistes/558-appel-a-l-action-contre-l-interdiction-du-communisme-en-pologne).

 

Nous remercions la délégation du KKE en Belgique qui a également pris la parole (cf. texte ci-bas).

Protestation du KKE contre l’anticommunisme en Pologne

Une délégation du KKE, Kostas Papadakis à sa tête, membre du CC et député européen du Parti, a mené une action de protestation contre l’intensification de l’anticommunisme en Pologne hier à l’ambassade de Pologne à Athènes. La protestation a eu lieu dans le cadre de la campagne internationale organisée par des Partis Communistes pour dénoncer la nouvelle campagne anticommuniste et la criminalisation des idées communistes dans ce pays, cette fois à l’occasion des modifications apportées au Code pénal.

L’exemple le plus caractéristique est l’amendement à l’Article 256 qui interdit l’idéologie communiste et avance l’assimilation répréhensible du communisme au fascisme, en utilisant le terme falsifié de « totalitarisme ». En outre, il interdit l’idéologie communiste, les symboles et autres matériels (publications, émissions) ainsi que la possession de symboles et d’autres matériels similaires, augmentant les sanctions pour ceux qui n’appliquent pas le code, jusqu’à trois ans d’emprisonnement.

La délégation du KKE qui a rencontré Jolanta Wójcik-Niedzielska, conseillère politique et porte-parole de l’ambassade, a condamné les nouvelles persécutions inacceptables contre le PC de Pologne ; des persécutions qui ont commencé plus systématiquement il y a dix ans lorsqu’ils ont de nouveau tenté d’interdire les symboles communistes par la loi. Cependant, en 2011, à la suite de réactions nationales et internationales, l’interdiction a été annulée par la Cour constitutionnelle.

De plus, K. Papadakis a rappelé qu’en février dernier, après trois ans et demi de procès, les accusations se sont abattues contre des dirigeants et des membres du PC de Pologne et de son journal « brzask ». Enfin, il a souligné que le KKE et les autres PC poursuivront leur lutte contre la campagne anticommuniste en Pologne, contre la falsification de l’Histoire. Ils exprimeront leur solidarité envers les communistes polonais en exigeant que la persécution contre eux cesse immédiatement.

La porte-parole de l’ambassade a simplement fait remarquer que l’anticommunisme et les amendements au Code Pénal sont basés sur l’Article 13 de la Constitution qui concerne « la lutte contre le totalitarisme ». Bien sûr, cette équation inacceptable du fascisme, qui est née du capitalisme lui-même, avec le socialisme-communisme et l’URSS, le premier État ouvrier qui a contribué de manière décisive à la destruction du monstre fasciste, constitue la principale direction de l’Union européenne qui essaie en vain d’effacer de la mémoire des peuples l’énorme contribution de la construction socialiste au XXe siècle.

11.06.2019


De Communistische Partij van België voerde een actie voor de ambassade van Polen, in solidariteit met de Communistische Partij van Polen, die bedreigd wordt met een verbod na een wijziging in de Grondwet die het nazisme gelijksteld aan communisme. Wij hebben o. a. de mededeling voorgelezen gedaan door de Communistische en arbeiderspartijen.

 We bedanken ook de delegatie van de KKE-vertegenwoordiging in België die ook het woord heeft genomen (zie de tekst hieronder)

 

Lire la suite

ImprimerE-mail