ARRETER LA MACHINE DE GUERRE ISRAELIENNE

 

ARRETER LA MACHINE DE GUERRE ISRAELIENNE 

Faisant état, pour la énième fois, de son mépris des normes élémentaires régissant la vie internationale, voilà que l’Etat israélien se permet de bombarder impunément, et à grande échelle diverses positions syriennes prêtant ainsi main forte aux forces djihadistes qui se trouvaient en difficulté face à l’avancée de l’armée régulière de ce pays. Tout semble indiquer que ces agressions ont été effectuées en concertation avec le gouvernement américain, les pétromonarchies du Golfe et les groupes rebelles que ces dernières financent et arment avec la participation et la complicité de l’occident. Tout cela avec la complaisance à peine cachée du secrétariat générale des Nations Unies dont le responsable, Ban Ki-moon, s’est contenté de faire part de son « inquiétude ». Ce n’est donc pas étonnant qu’Hassan Rastanawi, un des chefs militaires de la rébellion, ait déclaré sa joie à la TV israélienne en précisant que « si Israël n’était pas intervenu la dite Armée syrienne libre ASL serait dans une situation désespérée ».

A noter que cette escalade se produit dans un moment où des indices croissants indiquent que ce seraient les rebelles qui utilisent des gaz toxiques contre les populations civiles comme vient de déclarer Mme Carla del Ponte,ancienne procureure du TPI et membre de la commission des Nations Unies. Ces révélations démontrent avec éclat l’hypocrisie des motivations soi-disant humanitaires de l’interventionnisme occidental dans le conflit de ce pays.

Le Parti communiste ne peut que dénoncer avec force les ingérences étrangères dans ce pays ainsi que la politique de notre gouvernement qui d’une part persévère dans son attitude obéissante vis-à-vis des injonctions bellicistes de Washington et l’OTAN, mais d’autre part reste impassible lorsque des jeunes belges sont embrigadés pour aller se faire tuer dans ce pays.

Bruxelles, le 16 mai 2013

 Imprimer  E-mail