Esclavagisme en Libye et conséquence de l'OTAN et Cie.

 

Le Bureau Politique du Parti Communiste s'indigne suite aux scandaleuses révélations témoignant de la situation « inhumaine » de ressortissants d'Afrique centrale qui sont vendus aux enchères comme esclaves en Libye.

 

Il félicite et s'associe à tous ceux qui partout ont manifesté leur indignation vis à vis de telles pratiques particulièrement ignobles à notre époque.

 

 

 

Le PC rappelle que ces événements sont la conséquence directe de l'intervention militaire que la coalition US/UE de l'OTAN a menée en 2011 sous couvert de raisons soi disant humanitaires en procédant à une véritable mise à sac de l'État libyen aboutissant à l'élimination de son dirigeant, le colonel M Khadafi.

 

Cette mise à sac a pour conséquence un afflux de réfugiés lesquels, au prix de leur vie, essayent par tous les moyens de gagner l'Europe.

 

 

 

Le PC rappelle qu'en tant que producteur de pétrole la Libye était le pays le plus développé d'Afrique où l'État accordait une attention particulière aux besoins de la population. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la population libyenne jouissait d'une durée moyenne de vie de 77 ans et d'un indice de développement humain (IDH) qui avoisinait 0,80. À titre indicatif, d'autres producteurs de pétrole africain comme l'Angola et le Nigeria dirigés par les partisans d'une  « Afrique blanche » au service des multinationales Total et BP affichent un IDH de 0,450 et une longévité de vie qui n'excède pas 48 ans.

 

 

Il est également établi que deux millions de ressortissants d'Afrique centrale travaillaient régulièrement en Libye .

 

 

 

Le PC considère qu'on ne peut porter de jugement sur l'ex-dirigeant libyen sans évoquer les véritables et principaux griefs de l'occident à son égard.

 

Ainsi dès 1992, sous l'impulsion de la Libye, la création de la société RascomStar-Qaf par 45 pays africains allait permettre au continent africain de disposer en 2007 d'un satellite et d'un réseau de télécommunication à bas coût pour se libérer du réseau européen INTELSAT et de son loyer annuel fixé  500 millions de Dollars, ceci au grand dam de la finance internationale.

 

 

 

Il en va également de l'initiative du dirigeant Libyen de se libérer de la tutelle du Dollar et de l'Euro en appelant les nations arabes et africaines à utiliser une nouvelle monnaie laquelle fut considérée comme « une menace pour la sécurité financière de l'humanité ».

 

Le PC conclut que le rejet de ces initiatives par les USA et l'UE sont les véritables causes de l'agression menée contre la Libye dont les conséquences sont le chaos, la résurgence de l'intégrisme musulman dont l'esclavage est l'expression la plus barbare. 

 

 

 

Le Bureau Politique du PC.

 

 Imprimer  E-mail