Pourquoi le Parti Communiste de Belgique n’a pas signé l’appel commun à soutenir la Gauche Unitaire Européenne pour les élections européennes

 

Dans le cadre des élections européennes de mai 2019, un appel commun a été lancé par des partis communistes et de gauche européens pour soutenir le groupe parlementaire GUE/NGL (Gauche unitaire européenne/Nordic green Left). Les délégués au Xe congrès du PCB ont décidé à la majorité absolue (64%) de ne pas signer cet appel.

   

1)     Nous estimons en effet que ce texte qui se veut consensuel entre des positions partisanes parfois éloignées comporte des contradictions fondamentales. D’un côté, l’appel affirme que l’Union européenne n’est pas réformable dans son essence (position que nous rejoignons), de l’autre, il déclare que les leaders de l’Union Européenne empêchent tout discussion pour un autre chemin pour l’Europe sous-entendant dès lors qu’il est possible de la réformer. Nous considérons ensuite que le caractère capitaliste de la construction de l’Union Européenne n’est pas suffisamment mis en avant et pas une seule fois la nécessité de lutter pour le socialisme n’est exprimée. À la place, il y a un appel à une Europe des Peuples et des Travailleurs qui ne tranche pas définitivement quant au cadre : en réformant l’Union Européenne ou en dehors de celle-ci en abattant le capitalisme. Il en va de même du slogan « Another Europe is possible ».

  

2)     La présidence de la GUE est assumée par Die Linke qui, avec Syriza, compose une Troïka de gauche réformiste, collaborationniste qui mène la danse.

  

3)      Pour les élections européennes de mai 2019, le groupe parlementaire de la GUE doit désigner un candidat du PGE (candidats issus uniquement des partis européens) pour le poste de président de la Commission, la dernière fois c’était le candidat issu de Syriza, Tsipras.

  

4)     La première session du Xe Congrès du PCB du 30 juin 2018 avait décidé de quitter le PGE parce que le Congrès estimait que le PGE est à la politique ce que la CES est au syndicalisme, c’est-à-dire des organisations créées et soumises à l’Union Européenne laquelle depuis sa fondation reste une organisation capitaliste qu’il est impossible de réformer de l’intérieur. Nous estimons donc que soutenir l’appel de la GUE serait un retour en arrière qui équivaudrait à défendre une politique dont nous nous sommes éloignés en quittant le PGE.

 

  

Le Xe Congrès du Parti Communiste de Belgique

 

 

 Imprimer  E-mail