Non à la délation

Le PC  dénonce l’initiative du Service d’information et de recherche sociale SIRS de lancer un site internet permettant aux citoyens de dénoncer anonymement les « cas de fraude sociale ». Cette initiative s’inscrit dans les tentatives antérieures de perquisitionner le domicile des allocataires pour vérifier leur situation sociale, voire de vérifier si leurs consommation diverses sont compatibles avec leur situation, ce qui entretient un climat digne de l’inquisition.

 Le PC rappelle que la « fraude sociale » résulte avant tout de la paupérisation, en particulier en Wallonie où 22% de la population vit sous le seuil de pauvreté, et où 38% vivent dans un état de déprivation qui qualifie la situation des personnes qui sont dans l’impossibilité de faire face à une dépense imprévue de 1000 euros et sont dès lors obligés de se priver pour payer leurs loyer et charges.

Le PC considère que la volonté de s’en sortir ne peut être assimilée à de la  « fraude sociale » qui qualifie plutôt une activité délictueuse. 

 

Le PC constate qu’ à l’instar des faits divers, cette initiative n’a d’autre but que d’instrumentaliser la « fraude sociale » à des fins politiques pour détourner l’attention de la population des vraies causes du problème : le chômage de masse, les bas salaires et les politiques d’austérité. Le SIRS semble plus discret face aux 20 milliards de fraude fiscale qui constitue un délit et contribue à l’appauvrissement.

Le PC s’associe aux critiques de la ligue des droits de l’homme et de tous les progressistes pour qui cette initiative rappelle les pages les plus sombres de l’histoire.

 

Le Bureau politique du Parti Communiste.

  

Bruxelles, le 2 septembre 2015

 

 Imprimer  E-mail