Discours prononcé par Julien Hannotte, secrétaire politique de la fédération de Liège du PCB, à l'occasion du 1er mai à l'occasion du 1er mai


Notice: Undefined property: stdClass::$urla in /home/www/a57d7326859af0a6916ccf117f0b0b30/web/templates/jp-blog/warp/systems/joomla/layouts/com_content/article/default_links.php on line 20

Notice: Undefined property: stdClass::$urlb in /home/www/a57d7326859af0a6916ccf117f0b0b30/web/templates/jp-blog/warp/systems/joomla/layouts/com_content/article/default_links.php on line 20

Notice: Undefined property: stdClass::$urlc in /home/www/a57d7326859af0a6916ccf117f0b0b30/web/templates/jp-blog/warp/systems/joomla/layouts/com_content/article/default_links.php on line 20

Chers camarades, chers amis,

 

Cette année, c’est un 1er mai particulier à au moins deux titres. Premièrement nous sommes à la veille d’échéances électorales.

Ensuite et surtout, c’est la première fois depuis 30 ans que nous nous adressons à vous en tant que parti unitaire. C’est la première fois depuis 1989, que ce meeting du 1er mai est celui de tous les communistes du nord et du sud du pays, celui du Parti Communiste de Belgique, nom historique que nous avons repris lors de notre 36e congrès, après avoir dû lutter contre le réformisme et le régionalisme qui gangrenaient notre parti et l’entraînaient vers des positions contraires à l’unité des travailleurs.

La classe ouvrière a besoin de son parti, du Parti Communiste, partout en Belgique et il est là !

Car les travailleurs et travailleuses les chômeurs et autres personnes en situation précaire des trois régions et de toutes nationalités ont subi et subissent encore les politiques antipopulaires et antisociales des gouvernements bourgeois qu’ils soient libéraux ou socio-démocrates.

 Camarades, le Parti Communiste n’a pas attendu la fin de législature pour dénoncer et s’opposer à toutes les attaques contre les droits de travailleurs. Nous n’épargnons nos critiques à aucun parti bourgeois y compris sa frange prétendument sociale : nous n’oublions pas que c’est le Parti Socialiste qui a commencé à remettre en cause nos pensions avec le pacte des générations, qui a bradé nos entreprises publiques et la sidérurgie, qui a exclu des milliers de chômeurs.

L'alliance depuis 2014 entre le MR, le VLD et la N-VA a poursuivi et amplifié la liquidation de nos conquêtes sociales,

 Ils ont attaqué la jeunesse populaire en abaissant à 25 ans, l’âge maximum pour faire la demande de première demande d’allocation d’insertion, décision illégale

Ils ont attaqué le droit à la défense des plus faibles revenus, renforçant le caractère de classe de la justice.

Ils ont attaqué nos aînés en reportant l’âge de départ à la retraite à 67 ans, décision qui ne peut avoir qu’une seule réponse la pension à 1500 euros à 60 ans.

Ils s’en sont pris à la santé avec Maggie de Block qui veut nous épuiser au travail.

La présence du CD&V, prétendument l’aile sociale du gouvernement, n’a en rien atténué les mesures antipopulaires : la loi Peeters sur le modèle anglo-saxon flexibilise encore davantage le travail par l’annualisation du temps de travail. La loi sur le travail faisable et maniable n’est qu’en fait une loi qui nous rend taillable et corvéable en nous soumettant au patronat. Abrogation immédiate de la Loi Peeters.

Ils nous ont appauvri par le saut d’Index. Ils ont alors prétendu avec le tax shift nous rendre notre argent en diminuant notre salaire par la réduction des cotisations sociales.

Camarades, l’appel du 1er mai lancé par la fédération syndicale mondiale est placé sous le signe « les richesses n’appartiennent qu’à ceux qui les produisent. »

Nous ne voulons pas partager le gâteau avec nos exploiteurs mais les exproprier et collectiviser les moyens de production et d’échange. Nationalisation des banques, des grandes industries…

Nous voulons dans ce moment difficile exprimer notre solidarité avec les 154 travailleurs de Durobor qui ont fait tant de sacrifices et se retrouvent aujourd’hui sur le carreau sans indemnités avec la faillite de la gobeleterie.

Le Parti Communiste de Belgique appelle à renforcer la manifestation du 14 mai sur une base claire ! Nous luttons pour les 14 euros/h et la réduction collective du temps de travail à 30h/sem avec maintien du salaire et embauche compensatoire.

Refus de cet AIP de misère et retrait immédiat de la loi de 96 sur le blocage des salaires ! Amplifions la lutte car c’est en elle seule que réside l’avenir.

Camarades, nous utiliserons toutes les armes à notre disposition dans cette lutte classe contre classe, dont le droit de grève que la bourgeoisie n’a cessé de remettre en cause ces dernières années. Nous sommes évidemment solidaires de notre camarade Bruno Verlaeckt, président de la centrale générale d’Anvers. Nous exigeons l’annulation de sa condamnation et le retrait immédiat du service minimum dans les services publics !

Toutes ces attaques n’ont fait que nourrir notre colère légitime. Face à cette colère des travailleurs dont les gilets jaunes sont l’écho, la bourgeoisie agite la menace de l’extrême-droite et du populisme qu’elle a elle-même attisé par sa politique antipopulaire. C’est tenter maladroitement de nous faire oublier que le MR a gouverné pendant 5 ans la NV-a. C’est Francken qui a fait enfermer des enfants dans les centres fermés. Récemment, c’est à nouveau Francken qui a tenté de diviser notre classe en s’attaquant à nos frères migrants en voulant leur retirer le droit à la sécu.

Ce discours raciste sert les intérêts de la bourgeoisie car ainsi il remet en cause la sécurité sociale pour tous. La sécu, elle nous appartient camarades ! Défendons-la !

Camarades, on ne peut combattre efficacement l’extrême-droite qu’avec un front antifasciste, clair, au-delà d’un objectif électoral, que nous réclamons depuis des années : un front antifasciste anticapitaliste et antiimpérialiste pour la paix et le socialisme. Soyons fiers de l’internationalisme prolétarien, revendiquons-le.

Nous ne nous faisons en effet aucune illusion sur les élections dans une démocratie bourgeoise.

En Espagne, la menace de la montée de l’extrême-droite n’a pas empêché Vox de percer alors que la social-démocratie était au pouvoir. Parallèlement, elle a orienté les travailleurs vers un faux front antifa derrière le PSOE, parti socialiste. Le menace de Vox a tenté de nous faire oublier que le Parti Populaire espagnol est l’héritier du franquisme. Cette confusion prépare une sainte alliance entre libéraux et socialistes.

De même, on essaie de nous faire croire que le MR est davantage fréquentable depuis que Destexhe est parti, pour mieux justifier le mariage avec le Parti socialiste comme ce fut le cas lors des dernières élections communales.

En somme, en Belgique, comme en Espagne quel que soit le gouvernement qui sortira des urnes, il servira les intérêts capitalistes et notre seule perspective est la lutte pour le socialisme !

Quel que soit le gouvernement, il continuera à prétendre que l’Union européenne, c’est la paix, c’est l’avenir alors que l’UE, c’est l’approfondissement des politiques contre les travailleurs et en faveur des multinationales.

Lors de chaque élection, on essaie de nous vendre une prétendue Europe Sociale qui n’arrivera jamais car l’union Européenne n’est pas réformable. Le maintien du système capitaliste est son essence même !

Avec de nombreux partis communistes et ouvriers réunis dans l’initiative européenne, nous avons signé un appel pour le renforcement des luttes pour une Europe des peuples, une Europe socialiste.

Lors de notre congrès, nous avons décidé de quitter cette officine réformiste qu’est le Parti de la Gauche Européenne dans laquelle nous avait entraîné une direction de liquidateurs ! Le PGE dans lequel figure encore Tsípras qui n’a pas trahi, qui n’a pas été empêché d’appliquer son programme tenaillé mais qui a simplement remplacé l’ancienne social-démocratie, le Pasok, le PS grec.

Nous apportons notre soutien au KKE pour les prochaines batailles, pour l’organisation de la classe ouvrière, contre l’opportunisme, contre le réformisme, contre le capital. Nos camarades grecs ont eu raison de ne pas se compromettre avec Tsipras.

Ce Tsipras qui a mené sans vergogne des exercices militaires conjoint avec l’OTAN ou avec Israël.

Le même OTAN et la même Union Européenne ont démantelé il y a 20 ans la Yougoslavie.

Camarades, c’est cette même Europe qui a soutenu Maïdan et la renaissance du fascisme en Ukraine où s’est déroulé dernièrement une mascarade électorale entre oligarques alors que le Parti communiste ukrainien auquel nous apportons notre soutien est interdit.

La paix en Europe est un mensonge mais le retour au cadre national bourgeois n’est pas plus souhaitable !

Ni Bourgeoisie nationale, ni Union Européenne ! Lutte dans toute l’Europe et dans le monde pour le socialisme ! Belgique hors de l’OTAN, OTAN, hors de Belgique, voilà les seuls mots d’ordre !

Pendant ce temps, le Parti Socialiste en Belgique célèbre fièrement les 70 ans de l’OTAN, cette organisation criminelle, tandis que nous, communistes, nous exigeons le retrait de la Belgique, le rapatriement des militaires d’Estonie, d’Afghanistan et de Syrie et des entreprises impérialistes néocoloniales en Afrique.

Depuis de 6 mois, nos frères soudanais luttent pour renverser le régime corrompu et dictatorial à la solde de l’impérialisme ; après des manifestations massives, réprimées par le pouvoir, ils ont réussi à chasser Omar el Béchir mais le combat n’est pas terminé.

Nous devons continuer à les soutenir ici et relayer la lutte courageuse du peuple soudanais et du Parti Communiste soudanais, avec un seul mot d’ordre toujours en vigueur : Tasgutbas, la chute, rien d’autre !

Nous luttons avec eux, ici, pour un meilleur accueil de tous les travailleurs immigrés forcés de quitter leur pays à cause des guerres et des vols de nos bourgeois, de nos capitalistes. Ce sont ces gens-là qui chassent les gens de leur pays. C’est la bourgeoisie qui provoque l’immigration non désirée.

Luttons pour que ces victimes du système reçoivent un accueil digne.

Luttons pour la fermeture des centres fermés, ces prisons, ces camps de la honte où sont enfermés nos frères et nos sœurs. Nous exigeons la régularisation des sans-papiers.

En Palestine, c’est Gaza qui est une prison à ciel ouvert et les dernières élections en Israël et les propos de Netanyahou ne laissent pas présager d’amélioration. Au contraire, elles ont démontré que la solution à deux États n’est pas viable : la seule perspective est la lutte pour un seul État palestinien, démocratique, progressiste et laïc. Palestine vivra, Palestine vaincra !

Camarades, la résistance du peuple palestinien depuis tant d’années ne peut que susciter que notre admiration tout comme celle du peuple Vénézuelien qui lutte pour défendre la Révolution bolivarienne menacée par l’impérialisme yankee et soutenue de l’intérieur par une bourgeoisie nationale revancharde. Nous devons amplifier notre solidarité. Hier encore, une tentative de Coup d’État téléguidée par Washington et menée par Guaidó et Lopez a échoué grâce aux forces armées nationales bolivariennes !

On ne peut rester sans prendre position clairement pour l’approfondissement de la Révolution Bolivarienne avec le Parti Communiste du Venezuela derrière le seul président légitime Nicolas Maduro ; contre l’opposition qui a reçu le prix Sakharov de l’Union Européenne et le Putschiste Guaidó  dont le parti est membre de l’Internationaliste socialiste et que s’est empressé de reconnaître la Belgique.

L’Amérique latine souffre et mis à part le Venezuela, les expériences de la gauche latino ont montré leurs limites que ce soit au Brésil avec l’approfondissement de la crise et le retour d’un nostalgique de la dictature militaire ou en Équateur avec la trahison de Lenin Moreno qui détruit toutes les avancées réalisées par Rafaël Correa.

Camarades, ces expériences nous enseignent que si nous voulons mettre fin à ce système exploiteur, nous devons avancer clairement, sans concession vers la révolution et le socialisme ! C’est sur cette ligne et uniquement celle-là que nous sommes engagés dans la bataille électorale en présentant des candidats sur les listes du PTB

Renforcez votre camp, renforcez le Parti Communiste de Belgique, votez pour les candidats du Parti Communiste de Belgique

 

À bas l’impérialisme, à bas le capitalisme

Vive la république socialiste, vive l’internationalisme prolétarien, vive le Parti Communiste !

 

 

 

 

ImprimerE-mail