Gosselies: Caterpillar au ralenti

Les ouvriers de Caterpillar ont observé une journée de grève, hier, pour marquer leur opposition à un projet de délocalisation à l’étude du côté de la direction. La chaîne de production qui pourrait déménager occupe aujourd’hui une quarantaine de personnes. En imaginant l’installer dans une entité polonaise, les responsables tentent de savoir si elle ne pourrait pas gagner, là-bas, en compétitivité. « Ce qui est choquant c’est que cette chaîne est le fruit d’un nouvel investissement, affirme Ivan Del Percio, délégué principal FGTB. Le personnel a été sollicité pour le réglage des équipements. Et aujourd’hui, l’on voudrait tout délocaliser… »

Un autre atelier est concerné par une étude semblable. Il emploie également une quarantaine de personnes. « On craint que l’on ne veuille dépecer progressivement le site, explique Thierry Duchene, permanent CSC. Habituellement, lorsque l’on nous enlevait quelque chose, c’était pour donner autre chose. Aujourd’hui, il n’est pas question d’échange. Nous ne voulons pas ne plus abriter sur le site qu’un centre de compétences. »

Dès jeudi, la direction avait tenu à réagir. Elle avait d’abord indiqué que les études de compétitivité sont monnaie courante. Elle avait ensuite assuré à l’attention des travailleurs qu’aucune délocalisation n’interviendrait sans compensation permettant de maintenir sur le site le volume d’emplois.¦

Extrait de L’Avenir - Mathieu Colinet


 

ImprimerE-mail

Agenda