L'égalité de droit à l'éducation...une loterie.

 

Il y a des écoles « ghettos », des écoles « poubelles », des écoles où se regroupent les élèves en fonction du coût de leur habillement, les « bonnes écoles », les « petites écoles », les « grosses écoles »…

 

Le droit à l'éducation, une loterie ?

 

L’égalité de droit à l’éducation a eu et aura bien des difficultés à se réaliser dans notre société capitaliste. L'histoire de l’enseignement est faite d’avancées plus ou moins démocratiques suivies de reculs impressionnants.

 

Prenons le milieu du XIXe siècle comme point de départ d'un bref rappel historique. On sait que précédemment l'enseignement était essentiellement religieux. Mais, petit à petit, avec difficulté, et sous l'impulsion d'un mouvement libéral, des villes telles que Liège, Bruxelles et Gand ainsi que l'Etat commencèrent à créer leurs écoles. Dès 1878, s’établit une concurrence virulente entre le réseau catholique, jusqu’alors monopolistique, et le réseau naissant des villes et de l’Etat.

 

C’est dans ces années-là que l’on assistait à un foisonnement de faits positifs :

 

  • Le POB, issu du mouvement social de l’époque, mit l'obligation scolaire à son programme.

  • Les besoins croissants du commerce et de l’industrie amenèrent la création de l’enseignement technique.

  • Des femmes clairvoyantes et courageuses dont Isabelle Gatti de Gamond et Léonie de Waha créèrent des écoles pour filles.

  • En 1877 fut ouverte à Gand la première école pour handicapés mentaux.

  • Il résulta de tout ce brassage d’idées l’instauration de la scolarité obligatoire à la fin de la première guerre mondiale.

    Mais la démocratisation de l’enseignement débuta véritablement à la sortie de la deuxième guerre mondiale dans une période de forte croissance économique et d’une forte demande de personnel qualifié dans l’industrie et les services. Si les milieux économiques et politiques ont accepté une élévation générale de formation, ce n’est, certes, pas par préoccupation humaniste d’émancipation populaire, mais bien pour répondre à des exigences de l’économie capitaliste du moment.

    Il était donc nécessaire d’ouvrir les écoles secondaires aux enfants des milieux les plus défavorisés. Ce fut par conséquent une période d’accès généralisé à l’enseignement, une période de massification de l'enseignement, du développement d'un enseignement de promotion sociale, d'un enseignement plus démocratique, ouvert à tous, basé ­ en principe ­ sur « l'égalité des chances » et soumis à des réformes pédagogiques importantes. Ce fut, entre autre, l'expérience de l'enseignement rénové. Mais cette réforme, basée sur « l'égalité des chances », ne satisfaisait pas une certaine bourgeoisie pour laquelle la formation traditionnelle, reproduisant à souhait les différences de classes, lui convenait bien davantage.

    Enfin, cette période a connu aussi un développement de l'enseignement spécialisé qui a permis à des personnes atteintes de déficiences mentales ou physiques de prendre leur place, peu à peu, dans notre société.

    A partir des années 80 et, plus particulièrement à la suite de la communautarisation de l'enseignement, on peut parler de dérégulation du système éducatif. Sous prétexte d'économie, l'école a subi les agressions des gouvernements successifs de gauche comme de droite. Les mesures d'austérité ont ainsi conduit à une remise en cause de la démocratisation, et à une école plus sélective et plus orientée vers la concurrence entre élèves.

    Ajoutons à cela les mesures contre l'enseignement technique et professionnel tendant à les placer sous le contrôle du privé par le développement d'un partenariat  privé-écoles.

    Ecole en péril

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Non à la délation

Le PC  dénonce l’initiative du Service d’information et de recherche sociale SIRS de lancer un site internet permettant aux citoyens de dénoncer anonymement les « cas de fraude sociale ». Cette initiative s’inscrit dans les tentatives antérieures de perquisitionner le domicile des allocataires pour vérifier leur situation sociale, voire de vérifier si leurs consommation diverses sont compatibles avec leur situation, ce qui entretient un climat digne de l’inquisition.

 Le PC rappelle que la « fraude sociale » résulte avant tout de la paupérisation, en particulier en Wallonie où 22% de la population vit sous le seuil de pauvreté, et où 38% vivent dans un état de déprivation qui qualifie la situation des personnes qui sont dans l’impossibilité de faire face à une dépense imprévue de 1000 euros et sont dès lors obligés de se priver pour payer leurs loyer et charges.

Le PC considère que la volonté de s’en sortir ne peut être assimilée à de la  « fraude sociale » qui qualifie plutôt une activité délictueuse. 

Lire la suite

 Imprimer  E-mail