21 IMCWP, Déclaration de solidarité avec le peuple chypriote

  "La liberté et la réunification de Chypre est un jalon contre l'agression impérialiste"


Nous affirmons qu'il faut sortir de l'impasse dans laquelle se trouve actuellement le problème chypriote. L'accord sur les termes de référence tels qu'ils ont été définis par le Secrétaire général des Nations Unies lui-même est nécessaire à la reprise d'un dialogue de fond, à la condition, bien entendu, que la Turquie mette fin aux initiatives conduisant à de nouvelles actions illégales. Nous soulignons que la réalisation d'une solution globale sur la base convenue d'une fédération bicommunautaire bizonale avec l'égalité politique telle qu'elle est prescrite par les résolutions pertinentes des Nations unies, avec le retrait des troupes d'occupation turques et la fin du traité de garantie, constitue la seule option viable pour libérer Chypre de l'occupation illégale de la Turquie et pour réunifier le pays et sa population. 

  • Nous regrettons que 45 ans après l'invasion illégale, l'occupation de 37 % de Chypre se poursuive en violation flagrante du droit international et espérons que le processus, avec le soutien du Secrétaire général des Nations Unies, reprendra dès que possible.       
  • Nous rappelons que le problème chypriote est le résultat d'interventions étrangères et d'agressions impérialistes. Le coup d'Etat planifié en 1974 par la CIA, l'OTAN et leurs alliés et organisé par la junte grecque et leurs collaborateurs fascistes locaux EOKA B, a servi de prétexte à la réalisation des plans expansionnistes de la Turquie à Chypre.
    Nous réaffirmons que la solution du problème chypriote doit résoudre l'illégalité internationale de l'invasion et de la poursuite de l'occupation illégale, et doit rétablir les relations entre les deux communautés chypriotes.
  • Nous réaffirmons que la fédération bicommunautaire et bizonale avec l'égalité politique, telle qu'elle est prescrite dans les résolutions pertinentes des Nations unies et dans les accords de haut niveau, est approuvée et qu'elle prévoit le rétablissement et le respect des droits de l'homme de tous les Chypriotes, et qu'elle sera fondée sur le droit international et l'acquis européen.
  • Nous rappelons que la Chypre fédérale sera un État réunifié, avec une souveraineté unique, une personnalité juridique internationale unique et une citoyenneté unique, un État véritablement indépendant dans lequel aucun tiers ne pourra intervenir, ce qui signifie que le traité de garantie anachronique de 1960 doit être abrogé, tout droit d'intervention étrangère doit être exclu et les forces d'occupation de la Turquie doivent se retirer complètement.
  • Nous soulignons que le statu quo n'est pas statique, mais qu'il est constamment transformé négativement, renforçant les aspirations et les objectifs à long terme de la Turquie contre Chypre et la division permanente de Chypre et de son peuple. Nous rappelons également que la solution globale du problème chypriote est une condition préalable nécessaire à la démilitarisation de l'île, aux luttes de classes communes et à une transformation socialiste future.

Les partis communiste et ouvrier signant la présente déclaration :

  1. Expriment leur ferme soutien à l'accord sur le mandat qui sera composé de la Déclaration commune des dirigeants de 2014, les convergences réalisées jusqu'à la Conférence de 2017 à Crans Montana et le cadre de Gutierrez pour la reprise des négociations de fond. À cette fin, les dirigeants des deux communautés chypriotes ont un rôle crucial à jouer. 
  2. Dénoncent les actions illégales de la Turquie dans la zone économique exclusive de la République de Chypre et les initiatives qu'elle prévoit à Varosha en violation des résolutions 550 et 789 du Conseil de sécurité des Nations Unies.  Ils demandent à la Turquie d'abandonner sa position intransigeante de longue date à l'égard de Chypre et de s'engager à retirer son armée de la République de Chypre, à abolir les garanties étrangères et tout droit d'intervention étrangère, comme le prévoit le cadre du Secrétaire général des Nations unies.
  3. Exigent la solution du problème chypriote sur la base convenue et conformément au droit international et aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, le plus rapidement possible. La perpétuation du statu quo ou le départ de la fédération bicommunautaire et bizonale, comme convenu, conduira à la partition permanente de Chypre.
  4. Demandent à la communauté internationale de faire face de manière décisive aux actions illégales de la Turquie, par lesquelles elle prévoit de créer de nouveaux faits accomplis sur le terrain et d'empêcher la reprise des négociations de fond.
  5. Expriment leur solidarité et leur soutien à la lutte du peuple chypriote pour la libération et la réunification de son pays.

LE COMITÉ CENTRAL D'AKEL - OCTOBRE 2019
Veuillez retourner à la délégation de l'AKEL
 
Déclaration de solidarité avec le peuple chypriote
 "La liberté et la réunification de Chypre est un jalon contre l'agression impérialiste"
DANS LE CADRE DU 21E PIMCWP, IZMIR 18-20 OCTOBRE 2019

Argentine - Parti communiste d'Argentine
Azerbaïdjan - Parti communiste d'Azerbaïdjan
Bahreïn - Tribune démocratique progressiste
Bangladesh - Parti communiste du Bangladesh
Bangladesh - Parti des travailleurs du Bangladesh
Belgique - Parti communiste de Belgique
Belgique - Parti du Travail de Belgique
Brésil - Parti communiste du Brésil (PCdoB)
Brésil - Parti communiste brésilien (PCB)
Grande-Bretagne - Parti communiste de Grande-Bretagne
Canada - Parti communiste du Canada
Croatie - Parti socialiste ouvrier de Croatie
Cuba - Parti communiste de Cuba
République tchèque - Parti communiste de Bohême et de Moravie
Chypre - Parti progressiste des travailleurs (AKEL)
Danemark - Parti communiste au Danemark
Allemagne - Parti communiste allemand (DKP)
France - Parti communiste français (PCF)
Hongrie - Parti des travailleurs hongrois
Finlande - Partie communiste de Finlande
Inde - Parti communiste d'Inde
Inde - Parti communiste d'Inde (M)
Irak - Parti communiste irakien
Irak - Parti communiste du Kurdistan irakien
Iran - Parti Tudeh d'Iran
Israël - Parti communiste d'Israël
Italie - Parti communiste italien
Jordanie - Parti communiste jordanien
Liban - Parti communiste libanais
Lituanie - Parti socialiste de Lituanie
Luxembourg - Parti communiste luxembourgeois
Macédoine du Nord - Parti communiste de Macédoine
Mexique - Parti communiste du Mexique
Népal - Parti communiste du Népal
Pakistan - Parti communiste du Pakistan
Palestine - Parti communiste palestinien
Palestine - Parti populaire palestinien (PPP)
Philippines - Parti communiste philippin (PKP-1930)
Portugal - Parti communiste portugais
Russie - Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF)
Russie - Parti communiste de l'Union soviétique (RCWP-CPSU)
Serbie - Communistes de Serbie
Serbie - Nouveau Parti communiste de Yougoslavie
Afrique du Sud - Parti communiste sud-africain (SACP)
Espagne - Parti communiste espagnol (PCE)
Espagne - Parti communiste de Catalogne
Espagne - Parti communiste des peuples d'Espagne (PCPE)
Espagne - Parti communiste des travailleurs d'Espagne (PCTE)
Sri Lanka - Parti communiste du Sri Lanka
Swaziland - Parti communiste du Swaziland
Syrie - Parti communiste unifié de Syrie
Ukraine - Parti communiste d'Ukraine
Uruguay - Parti communiste d'Uruguay
États-Unis - Parti communiste des États-Unis
Venezuela - Parti communiste du Venezuela

cf. http://solidnet.org/article/21-IMCWP-Solidarity-Statement-with-the-people-of-Cyprus/

 

ImprimerE-mail