Tegen de besparingen in cultuur en openbare omroep in Vlaanderen, eenheid van de werkers uit België / Contre les coupes budgétaires dans la culture et la radiodiffusion publique en Flandre, unité des travailleurs de Belgique

[NL] Hoewel de dwang tot besparingen, om competitiviteit te verhogen, begrotingstekorten weg te werken of openbare schulden te verminderen, wordt opgelegd door de EU, de Belgische staat, het IMF,..., wordt de keuze voor besparingen, nu in cultuur en openbare omroep, ingegeven door de Vlaamse regering.

Deze besparingen moeten, naast de oproep voor het uitwerken van een “Vlaams-identitaire canon”, de werkers in Vlaanderen en in héél België ideologisch “brainwashen”: als werker, wonend en werkend in Vlaanderen moet je, wat je afkomst ook is – migratie-afkomst bijvoorbeeld – , jezelf voortaan als Vlaming beschouwen en niet meer als werker. Maar wij, werkers uit Wallonië, Brussel en Vlaanderen, we laten ons niet verdelen, wij zijn één klasse.

Het argument van de Vlaamse regering, dat ze grebuikt om verdeelheid te zaaien en de werkers in Vlaanderen achter zich te krijgen, namelijk over de sociale transfers die er zouden zijn van Vlaanderen naar Wallonië, willen wij juist gebruiken om de eenheid in de klassenstrijd van de werkers in België te benadrukken. Inderdaad er zijn sociale transfers in de vorm van een miljardenstroom, maar wel van de sociale zekerheid van de werkers naar de kapitalisten. In 2016 was die transfer reeds de grootte van 14 miljard, in 2017 14,5 miljard en in 2018 was dat al opgelopen tot 16 miljard. Namelijk de vermindering van « patronale lasten », het na de 2e Wereldoorlog afgesproken indirect loon dat rechtsstreeks naar de sociale zekerheid ging. Eén van de terugkerende besparing in de sociale zekerheid sinds 1980, was dan ool iedere keer een vermindering van « patronale lasten ».

Het is daarom dat de Communistische Partij van België hier nu aanwezig is om de strijd te steunen tegen de besparingen door de Vlaamse regering in cultuur en openbare omroep in Vlaanderen.

De Communistische Partij van België roept dan ook op tot de strijd tegen al de voorgaande besparingen, door federale èn gewestelijke regeringen, die er waren sinds 1980 in de sociale zekerheid en tot de strijd voor de volledige recuperatie van die besparingen.

Er waren naast besparingen in sociale zekerheid, en lonen, vroeger OOK al besparingen in cultuur, onderwijs, en openbare diensten. Die moeten door strijd volledig gerecupereerd worden.

Hiervoor moeten de werkers in België in klasseneenheid de strijd opnemen.
De burgerlijke staat laat zich ook niet verdelen in Vlaams, Waals of Brussels, als het is om het stakingsrecht af te breken of om vakbond-afgevaardigden af te danken.


[FR] Suite aux pressions pour des « faire des économies » imposées soit par l'UE, l'État belge, le FMI, etc. afin « d'accroître la compétitivité », d'éliminer les déficits budgétaires ou de réduire la dette publique, le gouvernement réactionnaire flamand en profite pour imposer l’austérité dans la culture et la radiodiffusion publique.

Avec l'appel au développement d'un « canon flamand identitaire », ces économies ont pour but idéologique de « laver et formater le cerveau » des travailleurs en Flandre : « en tant que travailleur, vivant et travaillant en Flandre, quelle que soit votre origine - origine migratoire, par exemple - vous devrez désormais vous considérer comme un Flamand et non comme un travailleur. ».

Mais nous, travailleurs de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre, nous ne nous laisserons pas diviser, nous sommes une seule classe, la classe des prolétaires. Les mesures d’austérité nous frappent tous.

C'est pour cela que le Parti communiste de Belgique est ici aujourd’hui pour soutenir la lutte contre les coupes effectuées par le gouvernement flamand dans la culture et la radiodiffusion publique en Flandre. Nous voulons utiliser l’argument qu’utilise le gouvernement flamand pour semer la division et faire taire les travailleurs en Flandre en évoquant les transferts sociaux qu’il y aurait entre la Flandre et la Wallonie. Nous voulons utiliser cet argument pour insister sur l’unité dans la lutte de classe des travailleurs en Belgique. Il existe en effet des transferts sociaux sous la forme d’un flux de quelques milliards d’euros par an, mais de la sécurité sociale des travailleurs vers les capitalistes. En 2016, le transfert s’élevait déjà à 14 milliards, en 2017 à 14,5 milliards et en 2018, on était déjà à 16 milliards par la réduction des « charges patronales », le salaire indirect convenu après la seconde guerre mondiale qui allait directement à la sécurité sociale. Une des économies récurrentes en matière de sécurité sociale depuis 1980 a donc été à chaque fois une réduction des « charges patronales ».

Le Parti communiste de Belgique appelle tous les travailleurs des 3 régions à lutter contre toutes les économies antérieures, tant au niveau fédéral que régional, qui ont été mises en place depuis 1980 dans le domaine de la sécurité sociale, et à lutter pour la récupération totale de ces économies.

Avant les économies en matière de sécurité sociale et de salaires, il y a déjà eu des économies dans les domaines de la culture, de l'éducation et des services publics dans le passé. Celles-ci doivent être entièrement récupérées par la lutte. Il y a assez d’argent en Belgique pour faire cela !

Les travailleurs ne sont pas divisés en Flamands, Wallons ou Bruxellois quand il s'agit de casser la résistance sociale, d'abolir le droit de grève ou de licencier des délégués syndicaux. » Ils sont tous frappés !

Pour résister au capital et aux diktats de la bourgeoisie, que ce soit l’UE ou ses valets de l’État fédéral et des Régions, les travailleurs en Belgique doivent se battre dans l'unité de classe et l’unité syndicale.

Unifions les luttes des travailleurs des services publics en voie de privatisation et des travailleurs du privé qui subissent aussi l’austérité et des restructurations et des fermetures.

 

Le 4 décembre 2019 / 4 December 2019

Le Bureau Politique du / het Politiek bureau van PCB-CPB

 

ImprimerE-mail