Accueil

Discours du 1er mai 2017 pour la justice sociale à Liège

Discours de Julien Hannotte, secrétaire politique de la fédération liégeoise du Parti Communiste

(à découvrir en vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?v=weKc9Lrxg4U)

 

 

Camarades, Camarades, chers amis,

 

Merci d’être si nombreux en ce 1er mai pour exprimer notre ras-le-bol et notre résistance à ce système !

 

Permettez-moi tout d’abord d’exprimer la solidarité de la fédération liégeoise du Parti Communiste avec les Palestiniens en grève de la faim. Et je vous demande une salve d’applaudissements pour qu’on entende notre soutien bien loin ! Palestine Vivra !

 

Merci d’avoir répondu à l’appel du Parti Communiste et du PTB contre les profiteurs et pour la justice sociale !

 

Ces profiteurs, ce sont les bourgeois qui trafiquent les lois pour se placer à la tête de sociétés publiques qui devraient bénéficier à tous, et qui les transforment pour qu'elles ne profitent qu'à eux seuls ! Quelques politiciens-entrepreneurs!

 

Depuis des semaines, de mois, des années, les travailleurs sont floués. Scandale sur scandale : des politiciens véreux du Kazakhgate jusqu’à Publifin. Et ce n’est pas un problème uniquement wallon. C’est une des conséquences directes du capitalisme à laquelle ils adhèrent tous. La Flandre n’est pas épargnée, la France non plus.

 

Partout ce sont les mêmes, des bourgeois, des millionnaires, des milliardaires et toute la flopée de poissons pilote qui les entourent

 

Partout, ce sont les mêmes qui nous font subir dans le même temps l’austérité, augmentent l’âge de la pension, font des sauts d’index.

 

Assez, camarades ! Assez de ces profiteurs. Assez de ces patrons qui jouent avec notre avenir. Avec eux, c’est restructuration sur restructuration : ING, Caterpillar, Durobor dernièrement.… Jobs jobs jobs, pourtant que notre premier sinistre disait !

 

 

Ce dernier n’a rien fait et ne fera rien pour sauver les emplois. Il s’attaque même, vous le savez, à nos conditions de travail, comme à la région wallonne, ils s’attaquent aux conditions des travailleurs du non-marchand. Nous sommes à leurs côtés, nous sommes à vos côtés, camarades ! Nous étions vendredi à Namur.

 

Ce n’est pas tout : dans la suite des socio-démocrates, Michel et les réactionnaires au pouvoir cherche à nous culpabiliser !

 

Mais ce n’est pas en excluant, en attaquant les allocataires sociaux qu’on résout les problèmes des gens dans la précarité. Ce n’est pas en chassant les chômeurs qu’on trouve une réponse au chômage. Il faut s’attaquer aux causes structurelles et non aux personnes.

 

Il faut pour cela nationaliser les secteurs essentiels : les banques, les grandes entreprises, l’énergie, les télécoms, les aéroports etc. créer de l’emploi pour produire en fonction des besoins de la population. Les bourgeois eux, créent à l’inverse des déserts industriels depuis 40 ans. Et ils ne savent pas ce que c’est que travailler aux aurores. Eux qui parlent de ceux qui se lèvent tôt ! mais qui se lève à 4, 5, 6 heure du matin pour aller travailler ? Pas eux !

 

C’est nous les travailleurs qui créons la richesse de ce pays. Sans nous il n’y aurait rien.

 

Mais ils se croient tout permis, ils méprisent les travailleurs, ils nous méprisent, camarades ! La preuve : André Gilles qui est seulement exclu trois mois après les révélations alors qu’il a récupéré des fonctions plus importantes de directeur stratégique. Sans parler de Moreau…

 

Ils se moquent de nous, comme ils nous promettent de travailler plus pour gagner moins.

 

Notre objectif, avec vous, camarades, c’est le contraire. Ce n’est pas seulement résister à la loi Peeters et protéger la semaine des 38 heures, c’est lutter pour une réduction collective du temps de travail à 32h / semaine, sans perte de salaire et avec embauche compensatoire !

 

C’est là le sens de cette journée du 1er mai, journée de lutte pour les 3x8 il y a un siècle, les 32 heures en 2017 ! Nous, les communistes, le revendiquons clairement et légitimement pour le bien des travailleurs.

 

Camarades, les bourgeois ont peur rien qu’au vu de la déferlante anticommuniste qu’ils déploient dans les médias. La republication de « tintin au pays des soviets » fin de l’année dernière n’est pas innocente.

 

Ils ont peur car nous sommes déterminés et engagés dans un parti de classes pour la lutte des classes.  Ils ont peur de ne plus pouvoir nous contenir avec la sociale-démocratie représentée par le parti socialiste! Nous n’oublierons pas, jamais, que celle-ci nous a vendus, nous a trahis, avec l’aide de bureau d’études comme Mc Kinsey : de la sidérurgie, à l’enseignement ! Nous n’oublierons pas que la sociale-démocratie a signé le TSCG, traité austéritaire européen.

 

Et maintenant, les bourgeois tentent encore de nous diviser avec le revenu universel. Ne tombons pas dans ce piège à cons qui va nous isoler de la lutte collective, ce piège à cons qui va détruire notre capacité de négociations collectives! Nous serons alors seuls, confrontés au patron, et les inégalités ne feront que se creuser davantage.

 

Pour réduire les inégalités, camarades, Il faut absolument un impôt sur la fortune, proposition du parti communiste depuis les années 70 et une augmentation des bas et moyens salaires !

 

100 ans après la Révolution d’Octobre que le parti communiste fêtera dignement fin d’année avec les partis frères et les pays frères, il y a un espoir pour le monde ouvrier ! et il doit s’appuyer sur le mouvement populaire enclenché en France par Jean-Luc Mélenchon, malgré toutes les critiques qu’on peut avoir sur ses positions et sa stratégie. Il faut nous appuyer sur ce mouvement pour la dure lutte sociale qui s’annonce.

 

Car il est hors de question de soutenir Le Pen ou Macron! Ni facho, ni patron ! Tous les partis bourgeois belges, y compris le PS, soutiennent Macron de la banque Rotschild. Pour nous, camarades, pour tous les gens de gauche, c’est hors de question.

 

Macron ? Nos camarades français l’ont combattu pendant deux ans ! Soutenir Macron, c’est être d’accord avec les mesures contre lesquelles nous luttons ici comme celles de Kris Peeters.

 

Macron qui veut instaurer la chasse aux chômeurs, comme chez nous.

 

Et on devrait le soutenir ? Nous le disons à Monsieur Ducarme : on n’a que faire de vos leçons de démocratie ! Monsieur Ducarme, c’est vous qui provoquez le chaos dans ce pays ! Vous êtes complices avec l’extrême droite ! Votre cordon sanitaire ne vous intéresse que quand il tient la classe ouvrière, les travailleurs à l’écart de vos débats entre élites bourgeoises !

 

De l’autre côté, il y a Le Pen, l’extrême-droite et les fascistes que nous avons toujours combattu ! et nous continuerons ! Sans parler des magouilles européennes qui la concernent. Jamais nous n’accepterons des révisionnistes – elle parlait du Vel d’Hiv , elle niait le rôle de l’État français dans la rafle des juifs! Dans la droite ligne de son père ! Jamais nous n’accepterons la xénophobie, le rejet et la haine de l’autre comme celui de Théo Francken ici en Belgique ! Oui, nous savons ce que c’est d’avoir l’extrême-droite au pouvoir, une extrême-droite qui cherche à casser l’unité des travailleurs en s’attaquant aux organisations syndicales ! Personne ne peut croire que Le Pen abrogera la loi travail alors qu’elle n’était jamais dans la rue avec les travailleurs ! Comme personne ne pourra croire que la NV-A est sociale !

 

Nous avons deux ennemis qui ne sont pas antisystèmes. Tant Le Pen  que Macron font partie de ces profiteurs que nous dénonçons :

 

Ils représentent les deux faces du système qui ont si bien réussi à s’unir en Ukraine : des oligarques pro-européens et des fascistes au gouvernement. Le tout soutenu par les États-Unis et l’Union européenne.

 

C’est par la lutte dans la rue que nous les ferons tomber. Avec une ligne claire et anticapitaliste.

 

Avec la grève, la mobilisation, les manifestations qui sont nos armes, comme le peuple guyanais qui a obtenu une victoire face au colonialisme de la république française : ils ont gagné le double de ce qui leur était promis en bloquant les sites stratégiques.

 

Comme nous soutenons nos camarades brésiliens dans la rue vendredi dernier pour une grève générale contre le gouvernement putschiste du président Michel Temer qui impose les mêmes lois austéritaires qu’en Belgique : sous-traitance, recul de l’âge de départ à la retraite, augmentation de la durée de cotisation, contrat zéro heure pour être à la merci des désirs du patronat, dégradation des conditions de travail. La journée de paralysie fut un immense succès, n’en déplaise aux médias bourgeois ! Même l’église et les collèges privés étaient mobilisés !

 

Suivons leur exemple, suivons l’exemple de nos camarades à l’étranger, la grève est notre arme pour faire fléchir le patronat et le gouvernement.

 

Je vous le dis camarades, ce gouvernement doit tomber. Nous ne pouvons plus attendre sinon il n’y aura bientôt plus rien à défendre. Et puis, avec ces gouvernements, ici en Belgique et qui que ce sera en France, ce sera la guerre, la poursuite des interventions à l’étranger, la poursuite d’achat de matériel de guerre pour des milliards. Avec ces dirigeants, c’est la poursuite de l’alignement sur les États-Unis avec des gens dangereux comme Donald Trump qui multiplient les attaques en Syrie, les provocations face à la Corée du Nord. Et ces guerres que les impérialistes fabriquent nous reviendront et nous reviennent déjà sous la forme de terrorisme !

 

Il n’y a qu’une seule solution pour empêcher cela : sortir de l’OTAN et construire un large mouvement pour la paix !

 

Camarades, il n’y a qu’un moyen de gagner face à la réaction : nous organiser ! Travaillons à la convergence des luttes, dans nos entreprises, dans nos syndicats,  réaffirmons notre internationalisme prolétarien :

 

Prolétaires de tous les pays unissons-nous ! Vive le parti communiste ! Vive la république ! Vive le 1er mai. Vive La révolution d’Octobre ! Vive la révolution !

 https://www.youtube.com/watch?v=weKc9Lrxg4U

 Imprimer  E-mail