Marche pour l'emploi chez Magotteaux

Ce dimanche matin, une délégation de la Fédération liégeoise du Parti Communiste est venue apporter à Vaux-sous-Chèvremont son soutien aux travailleurs, ouvriers et employés de Magotteaux menacés de perte d’emploi alors que le groupe SK est bénéficiaire. C’est toute une région qui est menacée, avec les familles, dans une banlieue liégeoise déjà abandonnée. Pourtant nos dirigeants n’arrêtent pas de clamer partout « priorité à l’emploi » comme le faisait remarquer un des manifestants. L...a solidarité s’est organisée pour soutenir les travailleurs et les familles, avec notamment des délégations d’ouvriers de Prayon et Bam Galère. Nous étions près de 300 à manifester dans les rues de Vaux-sous-Chèvremont pour rappeler le parcours quotidien de plusieurs ouvriers de la maison à l’usine et de l’usine à la maison. Ce sont des vies entières qui seront balayées avec la mise sous cocon et la fermeture probable de l'usine. Un ancien de Magotteaux qui y a travaillé pendant 33 ans après avoir travaillé 2 ans dans les carrières de Sprimont me racontait que son fils, 26 ans, était un des derniers à avoir été engagé il y a deux ans. Que va-t-il faire ?

Pourtant, il y a 5 ans, lors du rachat de Magotteaux par Sigdo Koppers, la région wallonne nous a vendu les mêmes promesses qu’à Cockerill : maintien de l’emploi, sauvegarde de l’outil, etc.
Voilà ce que disait la SRIW (Société régionale d’investissement de Wallonie) dans la Libre Belgique du 24 août 2011 : « Même confiance du côté de la SRIW : "Le rachat de Magotteaux par Sigdo Koppers offre une excellente opportunité pour l’entreprise de continuer son développement avec succès, commente Olivier Vanderijst, président de la SRIW. Nous nous réjouissons que Sigdo Koppers ait l’intention de conserver le business model existant de Magotteaux, et que le siège central de Magotteaux ainsi que ses sites de R&D et de production existants restent en Wallonie." » (http://www.lalibre.be/…/magotteaux-cede-aux-chiliens-51b8d8…)

Au final, ce rachat n’aura permis que de vendre notre savoir-faire, nos outils, nos technologies et aujourd’hui, tout part en Thaïlande pour le profit de quelques-uns qui continueront à exploiter. Il nous faut une autre politique industrielle locale et régionale et une politique pour le peuple plutôt que pour le profit.

Désormais, "nous devons tous ensemble, tous, dans le village, pour nos familles, pour nos emplois, mener un combat structuré" contre "ce monde de la finance qui veut nous effacer du terrain", rappelait Éric Detaille, délégué principal FGTB Métal à Magotteaux.

Liège,

26 juin 2016

 

 

 Imprimer  E-mail