Stop à la répression sociale - liberté du droit de grève

 

                 

 

STOP à la répression sociale - liberté du droit de grève !

 

 

 

Cela s’est passé près de chez nous !

 

Partout en Europe, on assiste à la criminalisation des luttes sociales : en Espagne, en Finlande et en France où l'on vient d'atteindre un sommet.

 

Ce 12 janvier 2016, 8 travailleurs de l'usine Goodyear à Amiens ont été condamnés à 2 ans de prison, dont 9 mois fermes. Ces salariés de cette usine du Nord de la France sont accusés de « séquestration » et même de « violence en réunion ». Alors que l'entreprise avait retiré sa plainte suite à un accord avec les syndicats ! C'est la première fois en France, depuis l'occupation nazie, qu’un gouvernement a demandé que des peines de prison ferme soient requises contre des syndicalistes pour avoir participé à des actions en vue d’empêcher la fermeture de leur usine. Si la peine est confirmée, ce seront clairement des prisonniers politiques.

 

Soutenez les 8 travailleurs d'Amiens, par solidarité internationale évidemment mais aussi parce que l'on risque d'être confrontés à une même politique. Ne vous en faites pas le gouvernement MR-NVA suit l'affaire avec intérêt.

 

Cela se passe chez nous !

 

En Belgique aussi la tendance à la répression du mouvement social prend de l'ampleur. Après les interventions des huissiers de justice présents sur les piquets de grève en Belgique (SNCB, BPOST) et le projet du Gouvernement MR-NVA d’instaurer un service minimum dans les transports en commun, la grève menée par la FGTB de Liège le 19 octobre 2015 a été la cause d'une scandaleuse campagne de dénigrement menée par la droite et ses médias contre la FGTB, ses militants et les grévistes. Pis encore, le pouvoir judiciaire, s’associant toujours plus à la répression sociale organisée par les gouvernements, a procédé début janvier 2016  à la RTBF et à RTL à la saisie des images des piquets afin de poursuivre les grévistes. STOP aux poursuites iniques! Pourchassez les patrons véreux et les grands fraudeurs!

 

 

Patrons, Gouvernement, Média … tous unis contre les travailleurs !

 

Les dégâts causés par un feu de palettes au tarmac de l'autoroute E40 sont sans commune mesure par rapport aux conséquences que la politique du gouvernement cause au bien public par le définancement de la sécurité sociale et le démantèlement des services publics. M. Maxime Prévôt, vice-président Wallon et Ministre des Travaux publics, en portant plainte montre bien le camp qu'il a choisi. M. Magnette (PS) ne l'ayant pas rappelé à l'ordre, approuve ses actes ! Le CDh a beau faire partie de l'opposition au fédéral, le CDh wallon, par l'entremise de son leader namurois, soutient activement la politique du gouvernement MR-NVA.

 

Le Parti Communiste s'insurge  contre les volontés liberticides de l'ultra libéralisme d’interdire au travailleur le droit de ne pas être d’accord, de contester, de refuser l’oppression sociale. Il soutient les actions des travailleurs qui défendent leur emploi, leurs conditions de vie, leur dignité! La grève est notre arme.

  

Le Comité Central du Parti Communiste.

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 Imprimer  E-mail